Rechercher
Rechercher

Sport - Éclairage

L’entraîneur, nouvelle arme fatale de l’e-sport

L’entraîneur, nouvelle arme fatale de l’e-sport

Il y a moins de dix ans, voir une équipe d’e-sport bénéficier des services d’un entraîneur pouvait sembler incongru, mais désormais installé partout sur la planète, l’e-sport s’est rapidement professionnalisé avec des équipes et des compétitions pesant plusieurs millions de dollars. Photo DR

Avec des staffs pléthoriques et spécialisés comme dans des clubs professionnels de football, de basket ou de football américain, les grands noms de l’e-sport perfectionnent leur entraînement pour être plus performants dans un secteur ultracompétitif.

« C’est certainement un peu plus petit que, disons, une équipe de la NBA (basket) ou de la NFL (football américain), mais je ne pense pas que ce soit si différent d’être un entraîneur dans les sports traditionnels », souligne Josh « Jatt » Leesman. Salarié de la structure Team Liquid, basé en Californie, ce Canadien est l’entraîneur en chef de l’équipe qui participe à League of Legends (LoL), un jeu lancé en 2009 mais qui reste à la pointe des tendances en matière d’e-sport. Son staff compte entre cinq et six entraîneurs, dont un analyste, un expert en stratégie et une sorte d’entraîneur positionnel. « Si vous êtes entraîneur en chef, alors une grande partie de vos responsabilités consiste à vous assurer que les autres coaches font leur travail correctement et que les responsabilités sont réparties de manière égale », détaille-t-il.

Il y a moins de dix ans, voir une équipe d’e-sport bénéficier des services d’un entraîneur pouvait sembler incongru, mais désormais installé partout sur la planète, l’e-sport s’est rapidement professionnalisé avec des équipes et des compétitions pesant plusieurs millions de dollars.

Figure de grand frère

Lui-même ancien joueur et ancien commentateur de tournois, Leesman a vu comment l’aspect « entraînement » des jeux vidéo en ligne avait évolué. Au début, l’idée prévalait que les cinq joueurs d’une équipe étaient « ceux qui connaissaient le mieux le jeu. Ils n’avaient pas besoin de quelqu’un comme nous pour leur dire quoi faire ». Cette opinion a changé en grande partie parce qu’un nombre croissant d’anciens joueurs ont à présent l’expérience et l’expertise nécessaires pour devenir entraîneurs, ce qui leur assure aussi le respect de leurs successeurs. « Je prévois qu’au cours des dix ou quinze prochaines années, le processus de nomination ressemblera beaucoup à celui des entraîneurs sportifs professionnels », assure Leesman qui, à 33 ans, pense être probablement l’entraîneur le plus âgé dans son domaine en Amérique du Nord. « Il n’y a pas vraiment eu beaucoup d’adultes pour entraîner des équipes. La plupart du temps, ce sont des enfants qui entraînent des enfants », note-t-il.

Pour Arnold Hur, directeur de l’exploitation de la structure sud-coréenne Gen.G, qui possède également une équipe de League of Legends, un défi particulier pour les entraîneurs, aussi jeunes soient-ils, est l’âge de leurs joueurs.

« Je pense que nous nous souvenons tous, quand nous avions 18, 19 ou 20 ans, à quel point il aurait été difficile de nous gérer », explique-t-il. « Donc, une partie du rôle (d’un entraîneur) est d’être aussi un leader fort, un mentor et parfois même une figure de grand frère pour les joueurs », juge Arnold Hur.

Il existe de nombreux points communs avec les sports dits traditionnels au niveau de l’entraînement comme la tactique, le travail d’équipe, la formation et la sélection du staff. Mais en général, dans l’e-sport, une fois que l’action commence, l’entraîneur ne peut pas être sur la ligne de touche pour crier des instructions aux joueurs ou même être dans leur champ de vision. « En match, il n’y a pas de communication vocale de la part des entraîneurs, mais avant et après chaque type de set, vous pouvez faire des ajustements, une rapide analyse et ensuite parler de stratégie », précise Hur. Pour Leesman, le fait de ne pas pouvoir interagir avec ses joueurs au plus fort de la bataille « est plus stressant que tout ».

Leesman et Hur envisagent dans un futur proche de mettre en place des staffs techniques plus importants, avec plus de spécialistes, afin d’obtenir un avantage, le plus minime soit-il, dans un domaine où chaque milliseconde compte. Mais Hur est réticent à ce que les joueurs vedettes qui prennent leur retraite deviennent entraîneurs. « On le voit parfois aussi dans les sports traditionnels, les meilleurs joueurs ne deviennent pas toujours les meilleurs entraîneurs », rappelle-t-il.

Peter STEBBINGS/AFP


Avec des staffs pléthoriques et spécialisés comme dans des clubs professionnels de football, de basket ou de football américain, les grands noms de l’e-sport perfectionnent leur entraînement pour être plus performants dans un secteur ultracompétitif.« C’est certainement un peu plus petit que, disons, une équipe de la NBA (basket) ou de la NFL (football américain), mais je ne...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut