Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Covid-19 au Liban

Pas d'allègement du confinement si le virus continue de circuler "de manière incontrôlée", recommande Abiad


Pas d'allègement du confinement si le virus continue de circuler

Le centre-ville de Beyrouth au premier jour d'un confinement renforcé pour lutter contre le coronavirus, le 15 janvier 2021. Photo Nabil Ismaïl

Le directeur de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth, le Dr Firas Abiad, a déconseillé mardi tout "allègement du confinement" total, en vigueur jusqu'au 25 janvier au matin, si le coronavirus continue de "circuler de manière incontrôlée". Cette mise en garde a été lancée alors qu'au terme de cinq jours d’un bouclage total, précédé de quatre jours d’un bouclage partiel, les statistiques quotidiennes concernant le virus ne semblent pas baisser. 

"Quels critères seront pris en compte pour décider si le confinement doit être prolongé ? Plusieurs experts sanitaires se pencheront sur les différents chiffres relatifs au Covid-19 et utiliseront des modèles permettant de prédire de futures tendances", a expliqué le responsable médical dans une série de tweets. "Pour le moment, les tendances pointent clairement dans la mauvaise direction", a-t-il ajouté. Dans ce contexte, "le confinement ne peut pas être allégé si le virus continue de circuler de manière incontrôlée" dans la société, a-t-il averti, précisant que le taux actuel de positivité (par rapport au nombre de tests effectués) et le nombre en hausse de patients admis en soins intensifs "montrent que la maladie n'est pas sous contrôle". 

Le Dr Abiad, qui dirige un des établissements qui lutte en première ligne contre le coronavirus, a encore estimé qu'il serait "sage" de la part des autorités de préconiser une "approche prudente" des mesures sanitaires, "surtout lorsque l'on prend en compte la pénurie actuelle de lits dans les hôpitaux". Il a ajouté que les débats sur les "effets dévastateurs du confinement sur les entreprises et les revenus des foyers libanais méritent d'être pris en compte", mais que les solutions à offrir face à la maladie doivent être bien calculées". 

Le Liban a enregistré lundi un triste record de 53 décès en 24h, tandis que les hôpitaux sont débordés et accueillent 2.038 patients, ainsi que 750 actuellement en soins intensifs. Le taux moyen de positivité pour les deux dernières semaines s'élevait hier à 19,6 %, un taux affolant qui ne cesse d'augmenter quotidiennement. 


Le directeur de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth, le Dr Firas Abiad, a déconseillé mardi tout "allègement du confinement" total, en vigueur jusqu'au 25 janvier au matin, si le coronavirus continue de "circuler de manière incontrôlée". Cette mise en garde a été lancée alors qu'au terme de cinq jours d’un bouclage total, précédé de quatre jours d’un bouclage...