Rechercher
Rechercher

Raids d'Israël en Syrie

"Aucune victime", affirme un responsable en Iran


Des membres des gardiens de la révolution, lors d'un défilé à Téhéran. Photo d'archives AFP / STR

Les raids israéliens de mercredi contre des positions militaires dans l'est de la Syrie n'ont fait "aucune victime", rapporte jeudi l'agence iranienne Fars en citant un adjoint au chef des opérations extérieures des gardiens de la révolution.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), au moins 57 soldats et combattants progouvernementaux ont été tués mercredi avant l'aube dans ces opérations, qui constituent l'attaque la plus meurtrière menée en Syrie par Israël depuis le début du conflit qui ravage ce pays. Les frappes, qui ont visé des entrepôts d'armes et des positions militaires aux abords de la ville de Deir ez-Zor, et dans les déserts de Boukamal et de Mayadine, ont tué au moins 14 membres des forces loyalistes et 43 miliciens pro-iraniens (dont 16 Irakiens et 11 Afghans), selon l'OSDH.

"Mensonges et guerre médiatique", réplique Fars. L'agence cite Ahad Karimkhani, adjoint, chargé des affaires politiques, au chef de la Force al-Qods des gardiens de la révolution, l'armée idéologique de la République islamique, selon qui "cette attaque n'a fait aucune victime".

Principal soutien, avec la Russie, du gouvernement de Bachar el-Assad, l'Iran est présent en Syrie par le biais de ce que Téhéran présente comme des "conseillers militaires" chargés d'encadrer et de former des "volontaires" étrangers.

En Israël, un porte-parole de l'armée s'est refusé à tout commentaire sur les derniers raids nocturnes, lesquels ont été confirmés laconiquement par l'agence de presse officielle syrienne Sana. Mais ces dernières semaines, les bombardements imputés à Israël se sont intensifiés dans l'est de la Syrie, où des milices formées de combattants étrangers parrainées par l'Iran sont déployées dans la province de Deir ez-Zor, frontalière de l'Irak.

Déclenchée en 2011 par la répression brutale de manifestations prodémocratie, la guerre en Syrie s'est complexifiée au fil des ans, impliquant plusieurs puissances et groupes armés étrangers. Elle a fait plus de 380.000 morts et entraîné le déplacement de millions de personnes.


Les raids israéliens de mercredi contre des positions militaires dans l'est de la Syrie n'ont fait "aucune victime", rapporte jeudi l'agence iranienne Fars en citant un adjoint au chef des opérations extérieures des gardiens de la révolution.
Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), au moins 57 soldats et combattants progouvernementaux ont été tués mercredi avant l'aube...