Rechercher
Rechercher

Irak

Nouveaux rassemblements de solidarité après la mort de manifestants



Nouveaux rassemblements de solidarité après la mort de manifestants

Des manifestants rassemblés sur la place Habboubi, dans la ville de Nassiriya, dans le sud de l'Irak, le 4 décembre 2020. Photo AFP / Asaad NIAZI

Des milliers de personnes ont de nouveau manifesté vendredi dans les rues de plusieurs ville d'Irak, une semaine après des affrontements entre partisans d'un influent leader chiite et militants antigouvernementaux qui ont fait neuf morts.

"Les violences de la semaine passée ne nous empêcheront pas de continuer nos manifestations", a déclaré à l'AFP Hussein al-Saidi, un manifestant sur la place Habboubi dans la ville de Nassiriya (sud).

Des soutiens du chef chiite Moqtada Sadr, dont la formation détient le plus gros groupe au Parlement, ont fait une démonstration de force le 27 novembre dans plusieurs villes du pays, dont Bagdad. Des heurts ont éclaté à Nassiriya entre eux et des manifestants antigouvernementaux qui se rassemblaient sur la place Habboubi depuis plus d'un an dans le cadre de la révolte lancée en octobre 2019, qui réclamait un renouvellement total de la classe politique. Il y a eu neuf morts, selon des sources médicales. Cette ville s'est particulièrement illustrée pendant cette révolte, un mouvement inédit marqué par des violences ayant fait 600 morts et 30.000 blessés à travers le pays.

Des milliers de personnes se sont rassemblées vendredi à Nassiriya pour manifester et rendre hommage aux victimes de la semaine dernière. Les forces de sécurité ont bloqué les rues menant à la place pour en barrer l'accès aux partisans de Moqtada Sadr. Des milliers de fidèles du leader chiite ont tenu de leur côté une prière-rassemblement, pour la seconde semaine consécutive.

D'autres villes ont aussi connu des rassemblements en hommage aux victimes, avec une petite manifestation sur la place Tahrir à Bagdad. Des centaines de personnes à Diwaniyah ont condamné les violences contre les manifestants.

"Les milices et groupes armés nous attaquent au nez et à la barbe des forces de sécurité du gouvernement", a lancé Mustafa al-Jubeir, un avocat manifestant dans cette ville du sud. "Aux leaders religieux et politiques, nous disons +ne croyez pas que les manifestations sont finies+".


Des milliers de personnes ont de nouveau manifesté vendredi dans les rues de plusieurs ville d'Irak, une semaine après des affrontements entre partisans d'un influent leader chiite et militants antigouvernementaux qui ont fait neuf morts.
"Les violences de la semaine passée ne nous empêcheront pas de continuer nos manifestations", a déclaré à l'AFP Hussein al-Saidi, un manifestant sur la...