Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient

Le Qatar fait part de progrès concernant la crise du Golfe

Le Qatar fait part de progrès concernant la crise du Golfe

Un jeune homme sur la corniche de la capitale du Qatar, Doha. Photo d'archives AFP

Le ministre qatari des Affaires étrangères a fait part vendredi de progrès dans la résolution de la crise du Golfe, conflit diplomatique qui oppose depuis plus de trois ans le petit émirat au poids lourd saoudien et à trois de ses alliés arabes. L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont coupé en 2017 leur relations avec le Qatar, qu'ils accusent de soutenir des groupes islamistes radicaux et de connivence avec le rival iranien, ce que Doha nie.

Les quatre pays ont renvoyé les Qataris qui résidaient sur leur sol, interdit d'accès les avions qataris à leur espace aérien et fermé frontières et ports. "Nous avons atteint un certain progrès (vers la résolution du conflit) à un certain moment il y a plus d'un an, et ensuite les choses se sont ralenties", a affirmé le chef de la diplomatie qatarie, cheikh Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani, lors du Forum du dialogue méditerranéen qui se tient à Rome.

"En ce moment même, il y a des mouvements qui, nous l'espérons, mettront fin à cette crise", a-t-il ajouté sans plus de précisions. "L'unité du Golfe est très importante pour la sécurité de la région. Cette crise inutile doit se terminer sur la base du respect mutuel", a-t-il encore dit.

Le gendre et conseiller du président américain Donald Trump, Jared Kushner, a rencontré l'émir du Qatar mercredi pour discuter de cette crise diplomatique. Peu de détails ont été rendus publics à propos de ce voyage qui pourrait être, selon des experts, la dernière chance pour l'administration Trump de tenter de résoudre le conflit. En raison du blocus aérien, Qatar Airways survole l'espace aérien de la République islamique, grande ennemie de l'Arabie saoudite et des Etats-Unis.

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Robert O'Brien, avait dit en novembre que permettre aux avions qataris de survoler l'Arabie saoudite, via un "pont aérien", faisait partie des priorités de l'administration Trump. Les précédents efforts de médiation menés par le Koweït pour résoudre la crise du Golfe n'ont abouti à aucun résultat.


Le ministre qatari des Affaires étrangères a fait part vendredi de progrès dans la résolution de la crise du Golfe, conflit diplomatique qui oppose depuis plus de trois ans le petit émirat au poids lourd saoudien et à trois de ses alliés arabes. L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont coupé en 2017 leur relations avec le Qatar, qu'ils accusent de soutenir des...