Rechercher
Rechercher

Proche-Orient

Washington financera la recherche dans les territoires occupés par Israël



Washington financera la recherche dans les territoires occupés par Israël

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une cérémonie à l'université d'Ariel, située dans une colonie éponyme en Cisjordanie, en présence de l'ambassadeur américain en Israël David Friedman, le 28 octobre 2020. Emil Salman/Pool via REUTERS

Les Etats-Unis ont levé mercredi leurs restrictions sur le financement de la recherche israélienne en Cisjordanie et sur le Golan, des territoires occupés par Israël, mettant fin à une politique datant des années 1970.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a salué cette décision intervenant à moins d'une semaine de l'élection présidentielle américaine opposant le démocrate Joe Biden au président Donald Trump.

Sous la présidence de M. Trump, que M. Netanyahu considère comme le meilleur allié qu'Israël a jamais eu à la Maison Blanche, les Etats-Unis ont reconnu l'annexion d'une grande partie du plateau du Golan pris à la Syrie pendant la guerre de 1967 et n'ont pas dénoncé la politique de colonisation israélienne en Cisjordanie, territoire palestinien occupé aussi en 1967.

Dans les années 1970, les Etats-Unis avaient signé des accords de coopération scientifique avec Israël mais excluant les institutions et entreprises israéliennes ayant des activités en Cisjordanie et dans le Golan.

"Aujourd'hui, nous appliquons les accords entre Israël et les Etats-Unis à la Judée Samarie (nom donné par Israël à la Cisjordanie) et au Golan. C'est un énorme changement et une victoire contre les organisations et pays qui boycottent" les implantations israéliennes dans ces territoires, a dit M. Netanyahu. Une référence implicite à des Etats européens qui boycottent ces colonies, jugées illégales par le droit international.

Le Premier ministre israélien a fait cette déclaration lors d'une cérémonie à l'université d'Ariel, située dans une colonie éponyme en Cisjordanie, en présence de l'ambassadeur américain en Israël David Friedman, dont les services ont confirmé que Washington avait bien "mis fin aux restrictions géographiques" liées aux accords israélo-américains des années 1970. Cette cérémonie est "le dernier acte d'une série destinée à consolider l'image de Trump comme celle du candidat le plus pro-israélien" lors de la présidentielle américaine, a commenté auprès de l'AFP Yonatan Freeman, expert en relations internationales de l'Université hébraïque de Jérusalem.

L'administration Trump a aussi contribué ces derniers mois à des accords de normalisation entre Israël et trois pays arabes -les Emirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan-, ce que M. Trump ne manque pas de mentionner dans la dernière ligne droite de sa campagne. Selon M. Freeman, Donald Trump a accordé une grande place à Israël dans cette campagne dans l'espoir de courtiser le vote des électeurs juifs et des chrétiens évangélistes aux Etats-Unis. 


Les Etats-Unis ont levé mercredi leurs restrictions sur le financement de la recherche israélienne en Cisjordanie et sur le Golan, des territoires occupés par Israël, mettant fin à une politique datant des années 1970.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a salué cette décision intervenant à moins d'une semaine de...