Rechercher
Rechercher

Etats-Unis

Twitter et Facebook fourbissent leurs arguments avant une audition sur leur immunité



Twitter et Facebook fourbissent leurs arguments avant une audition sur leur immunité

AFP / Lionel BONAVENTURE

Si les élus américains réforment la loi qui accorde l'immunité aux réseaux sociaux dans la régulation des contenus, ils risquent de nuire à la liberté d'expression et de favoriser les abus en ligne, avertissent les patrons de Twitter et Facebook dans des textes obtenus mardi.

Jack Dorsey et Mark Zuckerberg sont convoqués mercredi devant la commission sur le Commerce du Sénat, aux côtés du dirigeant de Google, Sundar Pichai, pour une audition sur la Section 230 du "Communications Decency Act", qui protège les plateformes numériques contre toute poursuite judiciaire liée aux contenus publiés par des tiers. Cette loi est considérée comme la pierre angulaire de la liberté d'expression en ligne par certains, mais comme un moyen trop facile pour les plateformes de ne pas prendre leurs responsabilités par d'autres.

"Saper la Section 230 aura pour conséquence le retrait de beaucoup plus de propos en ligne et limitera sévèrement notre capacité collective à enrayer les contenus de haine et à protéger les utilisateurs", argumente Jack Dorsey dans le discours d'ouverture qu'il devrait lire au Sénat mercredi. "Je ne pense pas que quiconque dans cette pièce ou le peuple américain veuille moins de liberté d'expression ou plus de harcèlement en ligne", doit-il poursuivre.

Son discours s'inscrit dans un contexte de tensions à quelques jours des élections; les réseaux se voient largement reprocher, notamment à gauche, de ne pas suffisamment modérer les échanges sur leurs services et de laisser passer trop de contenus racistes, violents ou insultants.

De nombreux élus et ONG de la société civile accusent surtout Facebook de ne pas lutter suffisamment contre ces problèmes, voire même de favoriser les attaques contre les Afro-Américains. Mais le géant des réseaux sociaux, qui a durci ses règles de modération ces dernières années, fait valoir qu'il serait bien plus difficile de contrôler les fauteurs de troubles sans la Section 230.


Gare à la censure

Cette loi "nous permet d'assurer la sécurité des gens", va souligner Mark Zuckerberg mercredi. "Sans la Section 230, les plateformes pourraient faire face à des poursuites pour des modérations de base, comme le retrait des discours de haine et des harcèlements". Comme Jack Dorsey, il met en avant la défense de la liberté d'expression. "La Section 230 nous permet de donner les moyens aux gens de s'exprimer sur des sujets importants" comme Black Lives Matter ("Les vies des Noirs comptent, ndlr) et #MeToo, détaille-t-il.

Sans la protection de la loi, les plateformes censureraient plus de contenus pour ne pas prendre de risques, estiment les deux dirigeants. A droite, de nombreux conservateurs américains accusent, sans preuve tangible, les réseaux sociaux de favoriser le camp démocrate. En juin, le gouvernement américain et des sénateurs républicains se sont mobilisés pour traduire la colère de Donald Trump contre la Silicon Valley en une réforme de la Section 230. L'interprétation de cette loi par les tribunaux permet aux plateformes de modérer les contenus "avec trop peu de transparence et sans avoir à rendre de comptes", estimait alors le ministère de la Justice.

Mark Zuckerberg dit dans son texte soutenir les idées autour de la transparence et de la collaboration renforcée dans le domaine. "Je crois que le Congrès devrait mettre à jour la loi pour s'assurer qu'elle fonctionne comme prévu", affirme-t-il.

De son côté, Jack Dorsey se positionne sur un autre sujet de tension, celui des abus de position dominante dont de nombreux élus, notamment démocrates, accusent ses voisins Google, Facebook, Apple et Amazon. "Dans certaines circonstances, des régulations trop générales peuvent renforcer les entreprises disposant de larges parts de marché et qui ont les ressources pour appliquer les nouvelles règles à grande échelle", devrait mettre en garde M. Dorsey, en soulignant que Twitter a des moyens plus limités que ses concurrents.


Si les élus américains réforment la loi qui accorde l'immunité aux réseaux sociaux dans la régulation des contenus, ils risquent de nuire à la liberté d'expression et de favoriser les abus en ligne, avertissent les patrons de Twitter et Facebook dans des textes obtenus mardi.

Jack Dorsey et Mark Zuckerberg sont convoqués mercredi devant...