Rechercher
Rechercher

Monde - Chypre-Nord

La réouverture de Varosha provoque l’effondrement du gouvernement

La coalition au pouvoir à Chypre-Nord s’est effondrée après le retrait mardi soir d’un des partis en pleine controverse sur la réouverture annoncée de la ville-fantôme de Varosha, un des symboles de la division de l’île méditerranéenne, à quelques jours d’une élection. La réouverture de la zone littorale de Varosha a été annoncée mardi par le président turc Recep Tayyip Erdogan et Ersin Tatar, « Premier ministre » de l’autoproclamée République turque de Chypre-Nord (RTCN). Plusieurs responsables et hommes politiques chypriotes-turcs ont vivement réagi à la décision, y voyant une ingérence d’Ankara dans l’élection « présidentielle » qui se tiendra dimanche en RTCN. M. Tatar, soutenu par Ankara, est l’un des principaux candidats face au dirigeant sortant, Mustafa Akinci, en froid avec M. Erdogan. « Il est inadmissible que M. Tatar ait pu ignorer son partenaire de coalition et le peuple chypriote turc », a réagi Kudret Ozersay, « ministre » des Affaires étrangères en annonçant sa démission et le retrait de son parti du gouvernement. Sans le soutien de ce partenaire, le parti de M. Tatar perd la majorité nécessaire au Parlement pour diriger le « gouvernement ».

Favori dans les sondages, M. Akinci a lui aussi vivement critiqué l’annonce de l’ouverture de Varosha. « C’est une honte pour notre démocratie. (...) Ces mesures visent uniquement à favoriser un des candidats », a-t-il affirmé. Pour lui, cette ouverture est « une erreur qui mettra le peuple chypriote-turc dans une situation difficile sur le plan international ». Varosha, qui fait partie de l’agglomération de Famagouste, dans l’Est, a été abandonnée après avoir été entourée de clôtures par les militaires turcs. Ceux-ci ont envahi le tiers nord de Chypre en 1974 en réaction à un coup d’État visant à rattacher à la Grèce cette île depuis coupée en deux.

L’Union européenne a sommé hier la Turquie de « cesser » d’attiser les tensions à Chypre par son soutien à la décision des autorités de RTCN d’ouvrir au public la station balnéaire de Varosha. « Cette décision est une violation flagrante de l’accord de paix des Nations unies », a affirmé le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.



La coalition au pouvoir à Chypre-Nord s’est effondrée après le retrait mardi soir d’un des partis en pleine controverse sur la réouverture annoncée de la ville-fantôme de Varosha, un des symboles de la division de l’île méditerranéenne, à quelques jours d’une élection. La réouverture de la zone littorale de Varosha a été annoncée mardi par le président turc Recep Tayyip...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut