Rechercher
Rechercher

Parlement

La commission sur l'amnistie serait pour un report de l'examen du texte

La commission sur l'amnistie serait pour un report de l'examen du texte

Le vice-président du Parlement, Eli Ferzli (gauche), s'adressant le 30 septembre 2020 au président de la Chambre, Nabih Berry, au palais de l'Unesco. Photo fournie par le Parlement

La commission parlementaire chargée de tenter de trouver un consensus autour du texte controversé de l'amnistie générale avant la reprise de la séance parlementaire formée plus tôt dans la journée va en principe demander le report de l'examen de ce texte pour plus de concertations, selon des informations de la chaîne locale LBCI.

Selon la chaîne, la commission - composée des députés Elie Ferzli, vice-président du Parlement, Ali Hassan Khalil (Amal), Ibrahim Moussaoui (Hezbollah), Hadi Hobeiche (Futur), Alain Aoun (Courant patriotique libre), Bilal Abdallah (parti joumblattiste) et Jamil Sayyed -, qui s'est réunie après la levée de la séance matinale, devrait proposer de repousser l'examen de ce texte à la première séance parlementaire prévue après le début de la nouvelle session parlementaire ordinaire, soit celle de l'élection des membres des commissions parlementaires.

L'examen du texte sur l'amnistie était prévu à l'ordre du jour de la séance matinale, mais il avait été reporté de quelques heures sur proposition du président du Parlement, Nabih Berry, après une menace de boycott brandie par les députés du bloc affilié au Courant patriotique libre.

Placée dans le cadre d’un objectif de désengorgement des prisons alors que le Covid-19 se propage dans le milieu carcéral, mais survenant à un moment où les opérations jihadistes se sont multipliées, ce texte prévoyait la relaxe de près d’un millier d’islamistes sunnites et de plusieurs milliers de détenus chiites, auxquels s’ajoutent la cohorte de prévenus faisant l’objet de mandats d’arrêt dans le cadre d’affaires liées à la culture ou la vente de drogue.

Dans la matinée, quelques dizaines de proches de détenus ont manifesté devant le palais de l'Unesco afin de réclamer l'adoption d'une loi d'amnistie générale. Une contre-manifestation rassemblant des vétérans de l'armée libanaise appelant les députés à rejeter la loi d'amnistie générale a également été organisée. Un autre sit-in de proches de détenus de la prison de Roumieh a eu lieu à Tripoli, au Liban-nord, coupant la route devant le sérail de la ville. Dans une vidéo tournée avant le début de la séance du Parlement qui circule sur les réseaux sociaux, des détenus incarcérés dans cette prison surpeuplée menacent de se suicider si une loi d'amnistie n'était pas votée.


La commission parlementaire chargée de tenter de trouver un consensus autour du texte controversé de l'amnistie générale avant la reprise de la séance parlementaire formée plus tôt dans la journée va en principe demander le report de l'examen de ce texte pour plus de concertations, selon des informations de la chaîne locale LBCI.

Selon la chaîne, la commission - composée des...