Rechercher
Rechercher

Liban

La Rencontre consultative dénonce le processus de formation du gouvernement

La Rencontre consultative dénonce le processus de formation du gouvernement

Réunion des députés sunnites pro-8 Mars de la "Rencontre consultative". Photo d'archives Ani

La Rencontre consultative, le sous-groupe de parlementaires sunnites proches du Hezbollah, a dénoncé mardi son "élimination" du processus de formation du prochain gouvernement et de l'initiative du président français Emmanuel Macron.

Le groupe, "éliminé de l'initiative française et du scénario de la désignation" de Moustapha Adib "exprime son opposition sur la forme et sur le fond concernant la façon dont s'est déroulée la désignation et dont se déroule le processus de formation", indique un communiqué publié à l'issue d'une réunion. "La Rencontre consultative traitera avec le gouvernement comme un fait accompli", a-t-il ajouté. "Nous ne nous élèverons pas contre les réformes et les réalisations de ce gouvernement, mais nous n'agirons pas en fonction d'injonctions venues de l'intérieur ou de l'étranger et nous ne contribuerons pas à (...) couvrir l'échec politique cuisant qui a entraîné le Liban dans cette situation".

"Il n'y a pas de honte à acter que l'initiative française met le Liban face à deux choix : la faillite financière, qui est une réalité, qui entraînerait l'effondrement du Liban, ou la faillite politique qui entraînerait la fin du système politique actuel pour aller vers un nouveau système flou, restreint et ouvert à toutes les possibilités", ajoute le bloc.

Le 1er septembre, les différentes formations politiques libanaises s'étaient engagées auprès du président français, Emmanuel Macron, alors en visite à Beyrouth, à former le cabinet dans un délai de quinze jours. Conformément à cette initiative française pour sortir le Liban de sa crise politique et financière, Moustapha Adib est donc appelé à former un gouvernement "de mission" composé de spécialistes indépendants et respectant le principe de la rotation des portefeuilles au grand dam du tandem chiite (Hezbollah-Amal) qui réclame le ministère des Finances. Dans ce cadre, le chef de l'Etat a mené des concertations avec les chefs de file parlementaires, dont Faycal Karamé, représentant la Rencontre consultative.





La Rencontre consultative, le sous-groupe de parlementaires sunnites proches du Hezbollah, a dénoncé mardi son "élimination" du processus de formation du prochain gouvernement et de l'initiative du président français Emmanuel Macron.

Le groupe, "éliminé de l'initiative française et du scénario de la désignation" de Moustapha Adib "exprime son opposition sur la forme et sur le...