Rechercher
Rechercher

Coronavirus

L'état d'urgence sanitaire prolongé d'un mois au Maroc

L'état d'urgence sanitaire prolongé d'un mois au Maroc

Photo d'archives AFP prise le 3 mars 2020 à l'aéroport de Casablanca

Le gouvernement marocain a décidé mercredi de prolonger d'un mois l'état d'urgence sanitaire décrété à la mi-mars pour faire face à la pandémie de nouveau coronavirus, sur fond de flambée des cas de contaminations, a annoncé le Premier ministre sur son compte Twitter.

"Aujourd'hui, le conseil du gouvernement a approuvé un projet de décret prolongeant jusqu'au 10 octobre la durée de validité de l'état d'urgence sanitaire sur tout le territoire national pour lutter contre le Covid-19", affirme le bref message du chef du gouvernement, Saad-Eddine El Othmani.

Cette nouvelle prolongation va permettre l'adoption de mesures d'urgences ponctuelles, comme le récent verrouillage de la capitale économique Casablanca, annoncé dimanche soir, avec couvre-feu nocturne, contrôle strict des déplacements et fermeture de toutes les écoles la veille de la rentrée scolaire. "Nous risquons d'être submergés par le virus. Dès lors, des mesures drastiques s'imposent, sinon la situation risque d'être incontrôlable dans les jours à venir", avait souligné dimanche soir le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, pour expliquer les restrictions imposées dans la métropole de 3,3 millions d'habitants.

Avec plus d'un millier de cas quotidiens depuis début août, la hausse des contaminations au Maroc alimente l'inquiétude et les critiques des médias locaux sur la gestion de la crise sanitaire. Le pays de 35 millions d'habitants dénombre dans son dernier bilan un total de 75.721 cas de contamination, dont 1427 décès et 57239 guérisons.

A la mi-août, le roi du Maroc avait lui-même exprimé son inquiétude face à "la multiplication exceptionnelle des cas d'infections" en pointant un "relâchement inadmissible" des citoyens, appelés à plus de civisme. Mohamed VI avait aussi averti du risque de saturation des hôpitaux en soulignant que "les aides accordées par l'Etat excèdent ses ressources".

La presse marocaine pointe aussi régulièrement, avec de multiples témoignages, les défaillances de la prise en charge des patients, le déficit de communication des autorités ou les contradictions d'une stratégie globale largement déléguée aux responsables sécuritaires. Ainsi, le maintien d'une rentrée scolaire en présentiel le 7 septembre, puis, la veille du grand jour, l'annonce de fermeture de toutes les écoles situées dans des zones considérées comme des foyers infectieux -- notamment la mégapole de Casablanca -- a provoqué des vagues de réactions indignées sur les réseaux sociaux et des articles acerbes.

Alors que les frontières du pays sont toujours fermées, il a été décidé de permettre aux visiteurs étrangers munis d'une invitation professionnelle ou d'une réservation d'hôtel d'entrer au Maroc à partir du 10 septembre, selon des communiqués diffusés par la Confédération patronale (CGEM) et par la compagnie aérienne Royal Air Maroc.

Jusqu'à présent, la circulation aérienne était limitée à des vols spéciaux réservés aux nationaux et aux résidents. L'embarquement reste soumis à la présentation d'un double test négatif -- test PCR et test de sérologie -- d'une validité de moins de 48 heures.


Le gouvernement marocain a décidé mercredi de prolonger d'un mois l'état d'urgence sanitaire décrété à la mi-mars pour faire face à la pandémie de nouveau coronavirus, sur fond de flambée des cas de contaminations, a annoncé le Premier ministre sur son compte Twitter.

"Aujourd'hui, le conseil du gouvernement a approuvé un projet de décret prolongeant jusqu'au 10 octobre...