Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Egypte

Quatre détenus décédés en prison en moins de 72 heures

Photo d'illustration Getty Images/AFP/J. Macdougall

Quatre détenus sont morts dans des prisons égyptiennes entre le 31 août et le 2 septembre, a indiqué jeudi l'organisation de défense des droits humains Human Rights Watch (HRW), dénonçant la "négligence" des autorités pénitentiaires.

"Un homme égyptien de 62 ans, dont la famille basée au Etats-Unis a plusieurs fois plaidé pour sa libération pour des raisons de santé, est mort le 2 septembre 2020 dans la prison de Tora (...) au Caire, après deux ans en détention sans procès", a indiqué HRW dans un communiqué.

Arrêté en 2018, Ahmed Abdel Nabi Mahmoud était accusé d'"appartenance à un groupe terroriste, apparemment en référence aux Frères musulmans", confrérie islamiste qui fait l'objet d'une répression implacable en Egypte, poursuit l'ONG.

Trois autres détenus --Sobhi al-Sakka, Chaabane Hussein Khaled et Abdel Rahman Youssef Zawal-- sont morts les 31 août et 1er septembre, respectivement à Alexandrie (Nord), au Fayoum (Ouest) et dans la capitale, est-il précisé dans le communiqué de HRW, qui s'appuie sur un compte-rendu de l'ONG locale Coordination égyptienne pour les Droits et les Libertés.

"Les autorités doivent ouvrir une enquête approfondie sur les causes du décès d'Ahmed Mahmoud pour déterminer s'il y a eu négligence médicale", a indiqué Joe Stork, directeur adjoint du bureau Moyen-Orient de HRW.

Ces dernières années, la mort de plusieurs détenus en prison, parmi lesquels l'ex-président Mohamed Morsi et le jeune réalisateur Chadi Habache, a valu à l'Egypte des accusations de négligence de la part des défenseurs des droits humains.

"Des détenus et des prisonniers continuent de mourir incarcérés en Egypte malgré des demandes fréquentes de soins convenables (...) Ceci reflète une négligence inacceptable de la part des autorités pénitentiaires égyptiennes", a ajouté M. Stork.

Par ailleurs, depuis le début de la pandémie de Covid-19, plusieurs ONG, dont HRW, ont dénoncé la multiplication des infections et des décès en raison de la surpopulation, des mauvaises conditions sanitaires et du manque de soins dans le milieu carcéral égyptien.

Mi-août, Issam el-Eriane, un responsable égyptien des Frères musulmans, était également décédé en prison.

Depuis l'arrivée au pouvoir du président Abdel Fattah al-Sissi en 2014, une vague de répression impitoyable s'est abattue sur l'opposition, islamiste comme libérale.

L'Egypte compte environ 60.000 prisonniers politiques, selon des ONG de défense des droits humains.

Quatre détenus sont morts dans des prisons égyptiennes entre le 31 août et le 2 septembre, a indiqué jeudi l'organisation de défense des droits humains Human Rights Watch (HRW), dénonçant la "négligence" des autorités pénitentiaires."Un homme égyptien de 62 ans, dont la famille basée au Etats-Unis a plusieurs fois plaidé pour sa libération pour des raisons de santé, est mort le 2...