Rechercher
Rechercher

Explosions de Beyrouth

Les agences de l'ONU lancent un appel urgent aux dons

Les agences de l'ONU lancent un appel urgent aux dons

Le quartier général de l'ONU à New York. Photo d'illustration AFP

Les agences de l'ONU ont lancé vendredi un appel urgent à la solidarité envers le Liban dont la capitale a été dévastée mardi par une explosion, en sus des 9 millions de dollars déjà débloqués sur les fonds humanitaires des Nations unies.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a demandé 15 millions de dollars, l'Unicef disant nécessiter au moins 8,25 millions de dollars, lors d'une conférence de presse virtuelle, réunissant également le Programme alimentaire mondial (PAM), le Haut-Commissariat aux Droits de l'homme (HCDH) et le Haut-commissariat aux Réfugiés (HCR). Pointant la situation déjà précaire du pays dont la moitié des habitants vivent désormais dans la pauvreté, ces responsables ont souligné l'urgence d'intervenir dans deux domaines - médical et alimentaire - alors que des silos, des conteneurs et des hôpitaux ont été détruits mardi.

"Les besoins sont énormes et immédiats", a lancé Marixie Mercado, porte-parole du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), évoquant "jusqu'à 100.000 enfants déplacés", selon des estimations, des écoles abîmées, "des milliers" d'équipements de protection contre le nouveau coronavirus détruits. L'Unicef souhaite recueillir 8,25 millions de dollars et "ce n'est qu'un appel préliminaire", a-t-elle ajouté.

L'OMS s'est inquiétée de la surcharge des hôpitaux, des pénuries de médicaments et fournitures médicales. Elle estime avoir besoin de 15 millions de dollars pour les traumatismes immédiats, les besoins de santé et la lutte contre le Covid-19. "Trois hôpitaux ne fonctionnent plus, deux sont partiellement endommagés" ainsi que des centres de santé, a rappelé son porte-parole Christian Lindmeier, précisant que cela avait entraîné la perte de 500 lits. Dans ce pays paupérisé, "la vulnérabilité s'est encore accrue avec l'explosion", a-t-il insisté.

Rations alimentaires, abris... 
Le PAM de son côté a dit craindre l'exacerbation "d'une situation alimentaire déjà sombre, aggravée par la profonde crise financière du pays et la pandémie du Covid-19". "Le Liban importe près de 85% de sa nourriture", a rappelé Elisabeth Byrs, porte-parole du PAM. "Les graves dégâts" de mardi "pourraient limiter" les approvisionnements "et pousser les prix des denrées alimentaires hors de portée de beaucoup". Le PAM va envoyer 5.000 rations d'aliments de base (thon, lentilles, riz, sel...) pouvant chacune nourrir 5 personnes pendant un mois ; il prévoit également d'importer de la farine pour les boulangeries et minoteries.

Le porte-parole du HCR Charlie Yaxley a mis l'accent sur les "énormes besoins en abris" après que les habitations de "centaines de milliers de personnes" eurent été endommagées, voire détruites. Le HCR met à disposition ses stocks au Liban comprenant abris en kits, bâches, tentes, couvertures, matelas...

Pour sa part le HCDH, a appelé à une "enquête impartiale, indépendante, approfondie et transparente sur l'explosion" : "Les appels des victimes doivent être entendus", a déclaré le porte-parole Rupert Colville évoquant une "situation désastreuse".

Plus de 150 personnes ont été tuées, plus de 5.000 blessées et des dizaines ont disparu après la déflagration d'une puissance inouïe dans un entrepôt contenant notamment 2.700 tonnes de nitrate d'ammonium. Les Libanais très remontés contre l'incompétence et la corruption ont commencé à réclamer des comptes aux autorités.

Plusieurs pays ont dépêché secouristes, matériel médical et sanitaire ainsi que des hôpitaux de campagne pour aider le Liban. L'Union européenne a débloqué 33 millions d'euros en urgence et l'armée américaine a envoyé trois cargaisons d'eau, de nourriture et de médicaments. Les institutions européennes participeront également dimanche à une conférence des donateurs organisée par la France.


Les agences de l'ONU ont lancé vendredi un appel urgent à la solidarité envers le Liban dont la capitale a été dévastée mardi par une explosion, en sus des 9 millions de dollars déjà débloqués sur les fonds humanitaires des Nations unies.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a demandé 15 millions de dollars, l'Unicef disant nécessiter au moins 8,25 millions de...