Coolitude

Génération « Grandmillenial », un retour à la déco des grands-mères

Fatigués de courir contre le temps alors que le monde sombre dans l’incertitude, des jeunes de ce millénaire se sont construit un cocon tendre et réconfortant, décoré de volants, de rideaux bariolés ou à fleurs, de porcelaines bleu et blanc inspirés des intérieurs de grand-mère.

Génération « Grandmillenial », un retour à la déco des grands-mères

Les intérieurs qui attirent la génération des « Grandmillenials », inspirés de ceux de nos grands-mères. Photo tirée du compte Instagram grandmillenialclub

« Bonjour, je m’appelle Rivers, je suis une femme de 20 ans qui tente de vivre sa vie au mieux en mode Grandmillenial. Rejoignez-moi et allons ensemble à la recherche de papiers peints fleuris, d’ouvrages au petit point et d’autres éléments nostalgiques. » « Je suis une millenial qui appartient à l’univers Kardashian, mais qui est aujourd’hui connectée au concept #Grandmillenial. » C’est dans cette ambiance que se retrouvent en ce moment des jeunes de 20 à 30 ans. Cette génération stressée par la compétition et par ce monde aux perspectives assez sombres s’est réfugiée dans le giron paisible et coloré des grands-mères, notamment via Instagram. L’appellation de Grandmillenial, donnée à ce nouveau cadre de vie qui remporte un franc succès auprès des décorateurs et des nouveaux blogs, apparaît comme un véritable bol d’oxygène dans un environnement extrêmement exigeant pour leur jeune âge.

Ce terme a été inventé par Emma Bazilian, une journaliste de la revue House Beautiful, qui avait détecté sur Instagram, entre les différentes recettes détox et la tendance d’un chez-soi neutre, blanc ou noir, des envies d’imprimés style Laura Ashley, d’abat-jour plissés, de chinoiseries et d’ouvrages au point de croix. Bref, la panoplie « aïeule et vieille tante », en principe démodée, reprend vie avec cette génération. Une jeune designer new-yorkaise, Ariel Okin, explique : « Les adeptes du Grandmillenial apprécient le passé et réalisent le pouvoir à long terme du produit de bonne qualité et du design bien construit. Ils aiment néanmoins lui imprimer leur propre marque pour le rendre unique. »

Les intérieurs qui attirent la génération des « Grandmillenials », inspirés de ceux de nos grands-mères. Photo tirée du compte Instagram grandmillenialclub

Une passion pour le « rétrofeeling »

« Mais, poursuit-elle, l’attrait qu’exerce cette esthétique d’un autre temps sur les moins de trente ans réside sans doute également sur le fait que la chaise en chintz d’un intérieur de grand-mère représente un moment de pause recherché. » On comprend que, dans ce contexte, les brocanteurs, les dépôts vente, les garage sales et autres marchés d’antiquités soient devenus les paradis des Grandmillenials. Ils leur permettent de chiner des pièces qui ont une histoire et une belle finition, que l’on ne retrouve pas dans les magasins modernes, afin de leur donner une nouvelle existence. Leur chasse se poursuit sur la Toile qui devient également un support pour exposer leurs trouvailles et expliquer leur formule : du pur ancien, de qualité, rafraîchi par un agencement moderne, créant ainsi un équilibre entre l’actuel et le nostalgique. Pourtant, les Grandmillenials ne cultivent pas du tout le passéisme. De cette visite dans le passé, les adeptes de cette tendance ont créé un look qualifié de « chaos organisé ». Selon le site d’information Iol, « ça pourrait être un mélange de miroirs baroques, de vieilles photographies réencadrées autrement, un papier peint aux roses fanées, des étagères où les livres sont remplacés par des assiettes en porcelaine et autres objets d’allure vieillotte, mais dont la valeur sentimentale rehausse l’ensemble ».

Les intérieurs qui attirent la génération des « Grandmillenials », inspirés de ceux de nos grands-mères. Photo tirée du compte Instagram grandmillenialclub

Êtes-vous « Grandmillenial » ?

Néanmoins, pour conserver la beauté originale de l’objet déniché, les Grandmillenials jouent sur la retenue, comme l’explique la blogueuse Katherine Medlin. « Elles peuvent utiliser des rideaux à motif floral, mais elles ne le répéteront pas ailleurs (dans leur nappe de tables ou leurs sofas), comme savait si bien le faire le célèbre décorateur Mario Buatta (1935-2018), le roi du chintz et de la surcharge artistique. »

Cette passion rétrofeeling est en train de contaminer les aînés. Ainsi Amy Fried, avocate et aujourd’hui femme au foyer, tire cette leçon : « Tout le monde peut faire partie de ce mouvement dont le thème est universel. À savoir être entourés d’objets qui nous rendent heureux et qui nous rappellent une ère différente, comme celle de nos grands-parents. » Un quiz vous permet de savoir si vous êtes ou pas Grandmillenial. Vous faites partie du club si vous faites les choix suivants : vous exprimer sur un coussin au point de croix (et non sur Instagram), voir le remake du film Little Women (et non celui, bien moins romantique, de Charlie), partir en croisière à bord d’un Hinckley Picnic Boat (et non sur un superyacht de 200 mètres de long), vous maquiller devant une table de toilette recouverte d’un long tissu (et non à la salle de bains), utiliser au quotidien des nappes de table en tissu (et non pour des occasions spéciales). Enfin, ne pas lésiner sur les nappes satinées tombant à terre et couvrant les tables rondes, les porcelaines bleu et blanc, toutes formes confondues, les volants, les festonnés, les franges et toute sorte de falbalas. Ou, le néotraditionalisme apprivoisé, jamais kitch.


« Bonjour, je m’appelle Rivers, je suis une femme de 20 ans qui tente de vivre sa vie au mieux en mode Grandmillenial. Rejoignez-moi et allons ensemble à la recherche de papiers peints fleuris, d’ouvrages au petit point et d’autres éléments nostalgiques. » « Je suis une millenial qui appartient à l’univers Kardashian, mais qui est aujourd’hui connectée au...

commentaires (0)

Commentaires (0)