Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Conflit syrien

Ankara, Moscou et Téhéran promettent d'intensifier le dialogue

"J'insiste sur le fait que la lutte contre le terrorisme se poursuivra jusqu'à son éradication complète en Syrie et dans la région en général", déclare Hassan Rohani.

Ankara, Moscou et Téhéran promettent d'intensifier le dialogue

Le président turc Recep Tayyip Erdogan entouré de deux conseillers, lors d'une visioconférence avec ses homologues russe Vladimir Poutine et iranien Hassan Rohani sur la Syrie, le 1er juillet 2020. Murat Kula/Turkish Presidential Press Office/Handout via REUTERS

Iran, Russie et Turquie, qui soutiennent des camps opposés dans la guerre qui ravage la Syrie, sont convenus mercredi d'intensifier leurs efforts de coordination en vue de faire baisser les tensions dans ce pays.

Les trois pays ont "redit leur détermination à intensifier la coordination trilatérale" sur la question syrienne indique un communiqué commun publié à l'issue d'un sommet en ligne entre le président iranien, Hassan Rohani, et ses homologues de Russie, Vladimir Poutine, et de Turquie, Recep Tayyip Erdogan. Le texte insiste aussi sur "le ferme attachement" des trois pays "à la souveraineté, l'indépendance, et l'unité et l'intégrité territoriale" de la Syrie. Dans la guerre qui ravage la Syrie depuis 2011, Téhéran et Moscou sont les principaux soutiens du pouvoir de Bachar el-Assad, tandis qu'Ankara soutien des rebelles syriens.

Pour mémoire

Russie, Iran, Turquie : les limites d’un partenariat en Syrie


MM. Rohani, Poutine et Erdogan se sont réunis mercredi dans le cadre du processus de paix dit d'Astana, chapeauté par leurs trois pays. Il s'agit de leur premier sommet trilatéral consacré à la question syrienne depuis septembre 2019. Leur rencontre survient alors que la relation russo-turque est soumise à de vives tensions à cause de la Syrie, mais aussi de la Libye, où là encore Moscou et Ankara soutiennent des belligérants opposés. A la mi-juin, la visite des ministres de la Défense et des Affaires étrangères russes en Turquie avait ainsi été annulée à la dernière minute.

"Pas de solution militaire"
Selon le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Zarif, dont le pays présidait la rencontre, les trois pays "sont convenus de continuer la coordination entre (eux) en mettant l'accent sur la réduction des tensions, le processus politique et l'aide humanitaire", trois points qui figurent dans le communiqué final. M. Zarif a jugé sur Twitter que le sommet virtuel avait été "très constructif".

"La République islamique estime que la seule solution à la crise syrienne est politique et qu'il n'y n'aura pas de solution militaire", a déclaré M. Rohani en ouvrant la réunion par visioconférence avec ses homologues à Ankara et Moscou. "Nous soutenons toujours le dialogue intersyrien et soulignons notre détermination à lutter contre le terrorisme de Daech (acronyme arabe du groupe Etat islamique, NDLR), d'el-Qaëda et d'autres groupes qui leur sont liés", a-t-il ajouté. "J'insiste sur le fait que la lutte contre le terrorisme se poursuivra jusqu'à son éradication complète en Syrie et dans la région en général", a encore déclaré M. Rohani.

"Il s'agit avant tout de poursuivre la lutte contre le terrorisme international", a acquiescé le président russe Vladimir Poutine, plaidant pour un accord entre les trois pays "sur les mesures supplémentaires qu'on pourrait prendre pour assurer une normalisation à long terme en Syrie". Notant que "la situation la plus tendue est toujours observée sur les territoires échappant au contrôle de l'armée syrienne, notamment dans la zone de désescalade d'Idleb (Nord-Ouest, NDLR) et dans le nord-est de la Syrie", M. Poutine a jugé qu'il fallait "aider de manière active à faire avancer un dialogue inclusif intersyrien".

"Solution politique durable"
Dénonçant les nouvelles sanctions américaines annoncées en juin contre la Syrie, le président russe a jugé que celles-ci avaient "sans doute pour objectif d'étouffer économiquement" le pays. Le dirigeant russe a appelé dans ce contexte à renforcer une aide humanitaire à la Syrie et à "soutenir les Syriens".

Netanyahu à Assad : Vous "risquez" le "futur" de votre pays par vos liens avec l'Iran

Netanyahu à Assad : Vous "risquez" le "futur" de votre pays par vos liens avec l'Iran


"Nos priorités fondamentales sont de sauvegarder l'unité politique et l'intégrité territoriale de la Syrie, rétablir la paix sur le terrain et trouver une solution politique durable au conflit", a déclaré de son côté le président turc Recep Tayyip Erdogan. "Nous continuerons de faire ce qui est en notre pouvoir pour que la Syrie, notre voisin, renoue le plus vite possible avec la paix et la sécurité", a-t-il ajouté.

La rencontre entre les trois chefs d'Etat survient au lendemain d'une conférence des donateurs organisée par l'UE et les Nations unies à Bruxelles, au cours de laquelle a été annoncée la levée de 7,7 milliards de dollars d'aide de la communauté internationale pour les réfugiés syriens.


Iran, Russie et Turquie, qui soutiennent des camps opposés dans la guerre qui ravage la Syrie, sont convenus mercredi d'intensifier leurs efforts de coordination en vue de faire baisser les tensions dans ce pays.
Les trois pays ont "redit leur détermination à intensifier la coordination trilatérale" sur la question syrienne indique un communiqué commun publié à l'issue d'un sommet en...

commentaires (2)

hehehe, hahaha . ""le ferme attachement" des trois pays "à la souveraineté, l'indépendance, et l'unité et l'intégrité territoriale" de la Syrie"". au moins y a du sarcasme et du cynisme dans l,air. y a que nos tres intelligents partisans de la moumanaa qui y croient-n'ont que cette option les pov car sinon croire en quoi ?

gaby sioufi

15 h 21, le 02 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • hehehe, hahaha . ""le ferme attachement" des trois pays "à la souveraineté, l'indépendance, et l'unité et l'intégrité territoriale" de la Syrie"". au moins y a du sarcasme et du cynisme dans l,air. y a que nos tres intelligents partisans de la moumanaa qui y croient-n'ont que cette option les pov car sinon croire en quoi ?

    gaby sioufi

    15 h 21, le 02 juillet 2020

  • SANS LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE ET SPECIFIQUEMENT OCCIDENTALE ET ARABE LES ENTENTES DE CES TROIS DICTATURES SONT VOUEES A L,ECHEC.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    21 h 46, le 01 juillet 2020

Retour en haut