Liban

Des manifestants sous le domicile de Jamil Sayyed, ce dernier les menace sur Twitter

Une poignée de manifestants sous le domicile du député Jamil Sayyed à Beyrouth, le 27 mai 2020. Capture d'écran

Une poignée de manifestants anti-pouvoir se sont rassemblés mercredi en fin d'après-midi sous le domicile du député Jamil Sayyed, connu pour ses propos controversés et ses positions favorables au régime syrien de Bachar el-Assad, qui les a menacés sur Twitter après avoir affirmé ne pas se trouver à son domicile.

"Vas-t-en Jamil", ont notamment scandé les contestataires qui accusaient le député d'être "un voleur", à la veille d'une réunion plénière du Parlement qui doit plancher sur une série de dossiers, selon des images diffusées sur le compte Instagram Daleel Thawra, qui répertorie les événements liés à la révolte populaire déclenchée le 17 octobre 2019.

"On nous a dit qu'un convoi est passé devant notre domicile à Beyrouth aujourd'hui, s'est arrêté un instant et des révolutionnaires voyous ont proféré des injures. Coïncidence, nous n'étions pas au domicile. On nous a dit qu'il s'agit peut-être de militants du parti communiste. Quoi qu'il en soit, ceux qui sont venus ici ignorent tout de nous, de notre passé et de notre présent. Que le plus fort d'entre eux ou le parti auquel ils appartiennent ose se manifester. Il aura des comptes à nous rendre", a écrit sur Twitter l'ancien directeur de la Sûreté générale libanaise à l'époque de la tutelle syrienne sur le pays.

Les manifestations devant les domiciles des dirigeants se sont multipliées ces derniers mois, dans le cadre de la révolte populaire qui secoue le pays depuis octobre et s'en prend à la classe dirigeante accusée de corruption et d'incompétence, au moment où le Liban fait face à sa pire crise économique en trente ans et doit lutter contre la propagation du nouveau coronavirus.

Dans ce contexte, un autre groupe de manifestants a tenu un sit-in devant le siège du tribunal militaire de Beyrouth afin de protester contre la convocation de certains contestataires devant les services de sécurité. Ces manifestants se sont ensuite dirigés vers le siège du ministère de la Justice afin de réclamer aux juges de "lutter contre la corruption".


Une poignée de manifestants anti-pouvoir se sont rassemblés mercredi en fin d'après-midi sous le domicile du député Jamil Sayyed, connu pour ses propos controversés et ses positions favorables au régime syrien de Bachar el-Assad, qui les a menacés sur Twitter après avoir affirmé ne pas se trouver à son domicile.

"Vas-t-en Jamil", ont notamment scandé les contestataires qui...