Liban

Les propos sur le système libanais interviennent à un moment douteux, dénoncent les Kataëb


Le chef du parti Kataëb, le député Samy Gemayel. Photo d'archives L'Orient-Le Jour

Le bureau politique des Kataëb, le parti dirigé par le député Samy Gemayel, a dénoncé mercredi les propos portant sur la nature de système libanais, récemment tenus par le mufti jaafarite et qui ont fait tollé dans le pays, affirmant qu'une telle discussion autour de la nature du système ne pourra avoir lieu que sur la base de conditions politiques et constitutionnelles et avec un pouvoir jouissant de la confiance du peuple. 

Le bureau politique s'est arrêté sur "la discussion qui s'est ouverte autour de l'existence du Liban et la nature de son système, à un moment douteux" et s'est interrogé sur l'intention de ces propos, se demandant "si leur but était de détourner l'attention de l'échec du pouvoir politique (...) qui n'a pas réussi à mener une seule réforme", estimant que "ces propos sont rejetés".

Le parti a estimé que "la proposition de développer le régime nécessite des conditions politiques et constitutionnelles avec pour pilier une autorité qui jouit de la confiance du peuple libanais qui est descendu dans la rue le 17 octobre et exigé des élections législatives anticipées". "Aucune discussion ne peut avoir lieu avec cette approche et le pays a maintenant besoin d'un changement global de performance et de visages, dont le pilier sera des élections législatives immédiates. A ce moment là, toutes les discussions s'ouvriront", conclut le communiqué.

Dans une intervention inédite dans le genre, le cheikh jaafarite Ahmad Kabalan s’en est pris lundi au système confessionnel qui régit le pays depuis sa fondation et a dénoncé ses conséquences désastreuses sur l’État, l’économie et l’unité du Liban. Prononcé à l’occasion de la fête du Fitr, le discours du cheikh jaafarite, considéré comme politiquement proche du Hezbollah, a été aussitôt monté en épingle par certaines voix opposées au parti chiite, pointé du doigt comme étant l’instigateur de cette "insurrection" contre le système politique actuel. La thèse d’une nouvelle tentative du Hezbollah de prendre les rênes du pouvoir pour étendre sa domination sur l’ensemble du pays a repris de plus belle. Pour de nombreux Libanais issus du camp souverainiste, le cheikh Ahmad Kabalan a tout simplement dit tout haut ce que le parti chiite pense tout bas. Toutefois, le Hezbollah et le mouvement Amal ont tenté de se distancier de ces propos.


Le bureau politique des Kataëb, le parti dirigé par le député Samy Gemayel, a dénoncé mercredi les propos portant sur la nature de système libanais, récemment tenus par le mufti jaafarite et qui ont fait tollé dans le pays, affirmant qu'une telle discussion autour de la nature du système ne pourra avoir lieu que sur la base de conditions politiques et constitutionnelles et avec un...