Rechercher
Rechercher

Économie - Électricité

Construction de nouvelles centrales : Ghajar négocie avec quatre sociétés

Le ministre de l’Energie, Raymond Ghajar. Photo AFP

Le ministre de l’Énergie, Raymond Ghajar, mène actuellement des négociations avec quatre sociétés internationales qui se sont déclarées intéressées par les projets de construction de nouvelles centrales de production d’électricité. L’information a été confirmée à L’Orient-Le Jour par le bureau de presse du ministre, après sa publication sur le site de la chaîne locale LBCI.

Raymond Ghajar avait été chargé le 19 mars par le Conseil des ministres de mener ces négociations. Il avait alors demandé aux entreprises intéressées de le déclarer au ministère avant le 31 mars. Quatre sociétés ont finalement répondu : l’allemande Siemens, l’américaine General Electric, la japonaise Mitsubishi et l’italienne Ansaldo.

Le ministre de l’Énergie a estimé que « les résultats étaient encourageants pour GE et Siemens ». Les deux sociétés sont considérées depuis plusieurs mois comme favorites pour l’obtention de ces projets. Il y a plus d’un mois, le député Yassine Jaber (Amal) avait même avancé « qu’un accord politique avait été trouvé pour la signature de contrats de gré à gré avec GE et Siemens », à la chaîne locale MTV.

Raymond Ghajar a toutefois précisé que GE et Siemens considèrent que la décision du Liban de faire défaut sur sa dette souveraine « aura un impact, d’une manière ou d’une autre, sur le cours de leurs investissements », avant d’ajouter que « les discussions sont toujours en cours à ce sujet ». Le problème se pose pour la garantie souveraine que devait en principe apporter l’État d’origine de chaque compagnie sur ces projets, à travers le mécanisme d’ « Export Credit Agency », a indiqué une source proche du dossier à L’Orient-Le Jour. « C’est ce qui avait été convenu il y a un an, mais cela va être très compliqué à négocier désormais après le défaut de paiement du Liban », ajoute-t-elle.

Quoi qu’il en soit, le ministre « compte poursuivre les discussions bilatérales avec les quatre compagnies en lice afin de parvenir à un protocole d’entente sur la base duquel les négociations portant sur les contrats et les conditions financières seront menées ».

Le fait que le gouvernement ait choisi de mener des négociations bilatérales avec les compagnies intéressées va toutefois à l’encontre des normes de passation de marchés publics et de transparence convenues lors de la conférence CEDRE, qui a eu lieu à Paris il y a deux ans. La communauté internationale s’y était engagée à accorder près de onze milliards de prêts concessionnels au Liban pour le financement de projets de modernisation des infrastructures, à condition que le gouvernement mette en place une série de réformes structurelles et sectorielles. La réforme du secteur de l’électricité est l’un des principaux axes du processus CEDRE. Le plan approuvé par le gouvernement Hariri quelques mois après la conférence de Paris, qui a été repris par le gouvernement de Hassane Diab dans sa déclaration de politique générale, prévoit une hausse des tarifs de l’électricité, parallèlement à une hausse de la production à travers le déploiement – suite à un appel d’offres – de centrales temporaires puis durables à Zahrani (Liban-Sud) et à Selaata (Liban-Nord) ainsi que des travaux d’extension et de modernisation du réseau de distribution. La création d’une autorité de régulation du secteur de l’électricité et la nomination d’un conseil d’administration à Électricité du Liban font aussi partie des prérequis convenus lors de la CEDRE avant l’octroi de tout financement.

Autant de questions qui devraient être soulevées lors des prochaines réunions du comité de la société civile, comptant notamment Kulluna Irada, le LCPS, l’USJ et l’AUB, et qui a été créé il y a une semaine par le ministre de l’Énergie pour tenir au courant ces acteurs des principales avancées de la réforme du secteur.

K.O.

Le ministre de l’Énergie, Raymond Ghajar, mène actuellement des négociations avec quatre sociétés internationales qui se sont déclarées intéressées par les projets de construction de nouvelles centrales de production d’électricité. L’information a été confirmée à L’Orient-Le Jour par le bureau de presse du ministre, après sa publication sur le site de la chaîne locale...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut