Dernières Infos

La Russie se confine, sanctions renforcées en cas de non-respect

Une femme portant un masque dans une rame de métro à Moscou, le 30 mars 2020. REUTERS/Shamil Zhumatov

Les mesures de confinement de la population pour lutter contre le coronavirus en Russie s'étendent mardi à des dizaines de régions, les députés se pressant de leur côté d'adopter des sanctions renforcées en cas de violations des règles sanitaires.

Selon le décompte de l'AFP, 51 régions de Russie, sur les 85 qui composent le pays, avaient annoncé mardi en milieu d'après-midi des mesures de confinement obligatoire pour toute leur population, soit au total plus de 100 millions de personnes.

Les principaux centres urbains, Moscou, Saint-Petersbourg ou encore Ekaterinbourg, sont notamment concernés par la mesure.

Dimanche la capitale russe, où vivent officiellement 12 millions d'habitants, avait été la première à mettre en oeuvre un tel confinement. Le président russe, Vladimir Poutine, a appelé à le respecter.

Selon le dernier bilan officiel, la Russie compte 2.237 cas avérés de coronavirus et 17 morts, 500 contaminations et huit décès ayant été recensés lors des dernières 24 heures, un record jusqu'à présent.

Les habitants des nombreuses régions confinées sont seulement autorisés à sortir de chez eux pour se rendre au travail, pour les urgences médicales ou s'approvisionner. Les parcs, centres commerciaux et restaurants ont été fermés.

Les députés de la Douma, la chambre basse du Parlement, ont également adopté mardi au pas de course un paquet législatif comprenant des peines renforcées contre les personnes ne respectant pas les "règles sanitaires et épidémiologiques".

Les trois lectures nécessaires à l'adoption de ces textes ont été passées dans la journée.

L'une des mesures, adoptée en dernière et troisième lecture, prévoit jusqu'à sept ans de prison pour les violations de "quarantaine" ayant eu pour conséquence la mort d'au moins deux personnes.

En cas d'une violation de ces règles ayant entraîné la mort involontaire d'une personne ou des conséquences médicales graves, le texte prévoit jusqu'à cinq ans de prison et des amendes allant jusqu'à deux millions de roubles (23.000 euros au taux actuel).

La simple violation d'une quarantaine pourra, elle, entraîner des amendes compris entre 500.000 (5.800 euros au taux actuel) et 700.000 euros (8.100 euros).

Les député ont par ailleurs voté en troisième lecture un projet de loi prévoyant des sanctions sévères, jusqu'à cinq ans de prison, pour la diffusion de fausses informations relatives au nouveau coronavirus. Une autre loi voté mardi autorise le gouvernement à déclarer l'état d'urgence en Russie.

Le Conseil de la Fédération, la chambre haute du Parlement, a immédiatement approuvé ces lois qui doivent maintenant être promulguées par Vladimir Poutine pour entrer en vigueur.


Les mesures de confinement de la population pour lutter contre le coronavirus en Russie s'étendent mardi à des dizaines de régions, les députés se pressant de leur côté d'adopter des sanctions renforcées en cas de violations des règles sanitaires.

Selon le décompte de l'AFP, 51 régions de Russie, sur les 85 qui composent le pays, avaient annoncé mardi en milieu d'après-midi des...