Dernières Infos

Washington attend le feu vert de Bagdad pour déployer des missiles Patriot en Irak

Les Etats-Unis attendent le feu vert du gouvernement irakien pour déployer des systèmes antimissiles Patriot sur les bases utilisées par l'armée américaine en Irak, cibles au début du mois de missiles iraniens, a indiqué jeudi le chef du Pentagone, Mark Esper.

En représailles à l'élimination par Washington du général Qassem Soleimani à Bagdad, l'Iran a frappé de 11 missiles la base aérienne de Aïn al-Assad (ouest) et celle d'Erbil (nord), où sont stationnés certains des 5.200 soldats américains déployés en Irak.

Aucun soldat n'a été tué mais des dizaines d'entre eux ont été victimes de commotions cérébrales dues à la violence des explosions et Washington souhaite désormais mieux protéger ces bases en y déployant notamment des systèmes de défense antiaérienne Patriot, qui sont composés de radars ultra-performants et de missiles d'interception capables de détruire un missile balistique en plein vol.

Questionné jeudi au cours d'une conférence de presse sur le retard pris dans le déploiement de ces systèmes, le ministre américain de la Défense a expliqué que le gouvernement irakien, qui apparaît divisé sur le maintien de forces américaines dans le pays, ne lui avait pas encore donné son feu vert. "Nous avons besoin de la permission des Irakiens, c'est un des problèmes", a-t-il déclaré.

En outre, le déploiement de missiles Patriot implique le déplacement d'un nombre important de soldats pour assurer son fonctionnement, a souligné le chef d'état-major américain, le général Mark Milley. "Il faut donc réfléchir à la façon de le faire, et c'est ce que nous faisons en ce moment", a-t-il ajouté.

Après la mort de Kassem Soleimani, l'Irak a condamné une "atteinte à sa souveraineté" et dénoncé une coalition internationale ayant "outrepassé son mandat". Cette coalition formée en 2014 pour lutter contre le groupe Etat islamique (EI) --qui s'était alors emparé d'un tiers du territoire irakien et de larges pans de la Syrie-- est menée par les Etats-Unis et rassemble des soldats de 76 pays.

Le 5 janvier, le Parlement irakien a enfoncé le clou en votant en faveur du départ des troupes étrangères, une manière de cibler les forces américaines sur son sol. Depuis cette date, les opérations de la coalition internationale sont suspendues.


Les Etats-Unis attendent le feu vert du gouvernement irakien pour déployer des systèmes antimissiles Patriot sur les bases utilisées par l'armée américaine en Irak, cibles au début du mois de missiles iraniens, a indiqué jeudi le chef du Pentagone, Mark Esper.

En représailles à l'élimination par Washington du général Qassem Soleimani à Bagdad, l'Iran a frappé de 11 ...