Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Le chef de l'ONU demande à la Syrie "d'avancer vers une solution politique"

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. Michael Kappeler/Pool via Reuters

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a demandé mercredi à la Syrie "d'avancer vers une solution politique", à défaut de quoi, a-t-il dit, les pays donateurs risquent de ne pas soutenir la reconstruction du pays.

"Je voudrais lancer un appel fort: nous devons avancer vers une solution politique", a-t-il déclaré lors d'une réunion informelle avec les membres des Nations unies en réponse à une intervention du représentant syrien.

"La première étape très importante est de débloquer le travail du Comité constitutionnel" créé par l'ONU avec la Syrie en dépit de multiples difficultés, a-t-il ajouté.

Fin décembre, l'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Geir Pedersen, avait dressé devant le Conseil de sécurité un tableau sombre des travaux de ce Comité lancé fin octobre et chargé de réviser la Constitution syrienne. En novembre, la deuxième réunion de cette instance avait tourné court en raison de divergences sur la définition de l'ordre du jour et du programme de travail, provoquées selon des diplomates occidentaux par Damas.

Antonio Guterres a indiqué mercredi que Geir Pedersen devait se rendre à nouveau dans les jours prochains à Moscou, premier soutien de Damas. L'émissaire doit ensuite retourner en Syrie, a priori la semaine prochaine.

"Il est clair qu'en l'absence d'une visibilité plus claire du processus politique, de nombreux donateurs et probablement parmi les plus importants, dans le Golfe et dans l'Occident, seront très réticents à soutenir un processus de reconstruction" de la Syrie, a souligné le chef de l'ONU.

"Nous devons travailler ensemble pour faire avancer ce processus politique et ensuite faire pression pour normaliser les relations du pays avec l'ensemble de la communauté internationale", a ajouté Antonio Guterres.

Le conflit en Syrie, déclenché en mars 2011 avec la répression de manifestations prodémocratie par Damas, a fait plus de 380.000 morts dont plus de 115.000 civils, et des millions de déplacés et réfugiés.


Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a demandé mercredi à la Syrie "d'avancer vers une solution politique", à défaut de quoi, a-t-il dit, les pays donateurs risquent de ne pas soutenir la reconstruction du pays.

"Je voudrais lancer un appel fort: nous devons avancer vers une solution politique", a-t-il déclaré lors d'une réunion informelle avec les membres...