Dernières Infos

Une famille de Palestiniens va faire appel contre son expulsion à Jérusalem-Est

AFP
20/01/2020

Une famille palestinienne va faire appel après qu'un tribunal israélien a décidé de l'expulser de son domicile de Jérusalem-Est, à la suite d'une procédure lancée par une organisation nationaliste israélienne, a indiqué lundi son avocat.

Selon l'ONG anti-occupation "La paix maintenant", un tribunal de Jérusalem a ordonné dimanche d'expulser la famille Rajabi du quartier de Silwan, après une action en justice menée par des membres de l'organisation nationaliste israélienne Ateret Cohanim, qui oeuvre à la "judaïsation" de Jérusalem-Est.

L'avocat de la famille, Mohammed Dahla, a indiqué que celle-ci allait faire appel.

Un porte-parole d'Ateret Cohanim interrogé par l'AFP a refusé de s'exprimer sur ce cas.

Dix-sept personnes, dont des enfants, vivent dans le bâtiment de trois étages, a indiqué la famille.

"Nous n'avons aucune autre maison où aller, ma famille et moi", a déclaré Nasser al-Rajabi, ajoutant que le membre de sa famille le plus jeune était âgé de 18 mois seulement.

Sa famille est la "victime d'un jeu politique des tribunaux israéliens et des organisations de colons", a-t-il affirmé.

Quelque 200.000 Israéliens vivent à Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville occupée et annexée par Israël depuis 1967. La colonisation israélienne est illégale aux yeux du droit international.

Israël considère Jérusalem comme sa capitale "unifiée et indivisible". Les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

Grâce à une loi israélienne, si des Juifs peuvent prouver que leur famille vivait à Jérusalem-Est avant la guerre de 1948, ayant mené à la création de l'Etat d'Israël, ils peuvent demander à ce que leur soit rendu leur "droit de propriété".

Une telle loi n'existe pas pour les Palestiniens ayant perdu leurs biens pendant la guerre.

Selon l'ONG "La paix maintenant", une centaine de familles sont menacées par des actions en justice menées par Ateret Cohanim et près de 700 personnes pourraient se retrouver expulsées de leur domicile.

Les avis d'expulsion sont "une tentative de déplacer la communauté palestinienne et de la remplacer par des Israéliens, au coeur d'un quartier palestinien de Jérusalem-Est", a estimé l'ONG.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants