Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Rohani : L'Iran a prouvé qu'il "ne bat pas en retraite" devant l'Amérique


Hassan Rouhani, lors d'une réunion à Téhéran, le 8 janvier 2020. AFP PHOTO / HO / IRANIAN PRESIDENCY

 "Il a été clairement prouvé que nous ne battons pas en retraite devant l'Amérique", a déclaré mercredi le président iranien Hassan Rohani après des frappes nocturnes de missiles iraniens contre une base irakienne utilisée par Washington en Irak.
Ces frappes ont été menées en représailles à l'assassinat vendredi du général iranien Kassem Soleimani, chef des opérations extérieures des gardiens de la révolution (l'armée idéologique iranienne), visé par une frappe de drone à Bagdad.

Si l'Amérique "veut commettre un autre crime, elle doit savoir qu'elle recevra une réponse plus ferme" encore, a dit M. Rohani en conseil des ministres, "mais s'ils sont sages, il ne feront rien de plus à ce stade". "S'il font une action supplémentaire, notre peuple et nos forces armées sont prêts" à réagir, a encore déclaré M. Rohani dans cette allocution retransmise par la télévision d'Etat. Mais "tout cela n'est pas suffisant", a-t-il ajouté : "De mon point de vue la principal réponse à l'Amérique doit être administrée par les nations de la région".

"Ils ont coupé la main de notre cher Soleimani [...] Celui-ci doit être vengé en coupant l'herbe sous le pied de l'Amérique dans cette région", a encore dit le président iranien, reprenant la ligne officielle iranienne selon laquelle la mort de Soleimani doit être le prélude à l'expulsion des troupes américaines déployées au Moyen-Orient. "Si l'herbe est coupée sous le pied de l'Amérique dans cette région et que sa main [malfaisante] est coupée pour de bon [alors nous aurons là] la réponse véritable et finale des nations de la région à l'Amérique".


 "Il a été clairement prouvé que nous ne battons pas en retraite devant l'Amérique", a déclaré mercredi le président iranien Hassan Rohani après des frappes nocturnes de missiles iraniens contre une base irakienne utilisée par Washington en Irak.Ces frappes ont été menées en représailles à l'assassinat vendredi du général iranien Kassem Soleimani, chef des opérations...