X

Culture

Nada Debs signe une « délicieuse » collaboration avec Ikea

Design

La célèbre designer libanaise a été sollicitée par le géant suédois de l’ameublement pour la conception d'une collection d’objets et d’accessoires mobiliers.

Zéna ZALZAL | OLJ
08/01/2020

Début février, Nada Debs fera son entrée dans les magasins Ikea de la région avec une collection spéciale d’accessoires de la table et petits mobiliers baptisée LJUV – qui signifie « délicieux » en suédois. La talentueuse créatrice qui a fait de l’union de la marqueterie levantine et de l’épurement japonais sa marque de fabrique est désormais un « label »» reconnu et même recherché pour des collaborations ponctuelles à l’international. Ainsi, après avoir mis un pied (c’est le cas de le dire!) dans une grande maison de maroquinerie italienne dont elle a relooké les talons des fameuses sandales, la voilà partie à la rencontre du design scandinave, dans sa démarche démocratique, auquel elle apporte son inspiration orientale.

Car la designer libanaise a été sollicitée par l’enseigne mondiale de l’ameublement pour la conception d’une collection spéciale ramadan. « Les branches d’Ikea au Moyen-Orient réclamaient une gamme d’objets décoratifs et fonctionnels qui, à l’instar des séries spéciales Noël ou Nouvel An, fassent écho à cette période de l’année centrée autour des traditionnelles retrouvailles et réunions familiales et d’une certaine idée de la convivialité et de la générosité. Et ils ont pensé que, par mon expérience du métissage orientalo-japonisant, je pourrais aisément marier l’esprit minimaliste et contemporain de leur label avec des éléments graphiques spécifiques à la culture de cette région du monde », indique-t-elle.

De l’aube au coucher
Pour cette collection spéciale qui comprend 45 pièces au total – aussi bien des plateaux, assiettes, verres, coupes ou vases que des tapis, rideaux, miroirs, coussins de sol et tables basses –, Nada Debs a donc puisé dans son propre répertoire les motifs, couleurs, formes et matériaux ainsi que certaines techniques qu’elle maîtrise. On y retrouve, par exemple, les déclinaisons de l’hexagone – une géométrie courante dans l’architecture de la région –, et les combinaisons de bois et métal ou de céramique et laiton qu’elle affectionne particulièrement. Le tout enrobé dans une dégradation de couleurs douces et lumineuses, notamment pour les textiles, censée refléter l’aube et le coucher, deux moments-clés de la période de ramadan.

Sauf que pour cette designer, habituée à la production en édition limitée, le défi de cette collaboration résidait dans la traduction de ses conceptions en produits de « design démocratique ». Une exigence fondamentale chez Ikea et qui désigne « la création de produits en grands volumes qui ont un beau design, une bonne fonction, qui sont durables, de bonne qualité et à petit prix, pour être à la portée de tous ». Savoir composer avec une équipe rodée à la production de masse et adapter son rythme de travail artisanal et pointilleux à la célérité de la fabrication industrielle aura donc constitué une expérience nouvelle pour Nada Debs. Laquelle a fait preuve d’une « attitude extrêmement collaborative », se réjouit Karin Gustavsson, créatrice chez Ikea, qui a accompagné la designer libanaise dans toutes les étapes de l’élaboration de ce projet, et notamment en Inde où elles se sont rendues pour suivre le processus de fabrication sur place. Car c’est en Inde que la majorité des pièces de la collection LJUV, notamment textiles, ont été réalisées dans une démarche alliant réduction des coûts et impact social.

Le voyage en Afghanistan
C’est d’ailleurs ce désir d’impact social qui est à l’origine de la « rencontre » de Nada Debs avec Ikea. L’histoire remonte à un voyage en Afghanistan qu’avait fait la designer libanaise pour suivre l’exécution d’une série de tapis qu’elle avait dessinée. Elle y avait rencontré l’épouse du président, libanaise d’origine (Roula Saadé Ghani), avec qui elle avait fait une tournée des artisans du pays. Cette dernière lui ayant confié que 60 pour cent des jeunes Afghans étaient sans emploi, Nada Debs, touchée par leur situation et réellement impressionnée par leurs compétences, s’était mise à réfléchir à un projet qui puisse contribuer à leur apporter du travail et des ressources durables. S’étant souvenue qu’Ikea avait par le passé créé une collection artisanale indienne, elle sollicite par e-mail la compagnie suédoise – qui développe ponctuellement des partenariats avec des designers de différentes régions du monde dans un esprit entrepreneuriat social – avec l’espoir que cette dernière pourrait peut-être être intéressée par une collection afghane. « Je l’ai fait un peu comme on lance une bouteille à la mer, sans trop espérer un retour rapide et positif », raconte la créatrice libanaise. Mais, surprise : les responsables de la section « Social Impact » de la célèbre enseigne d’ameublement lui répondent, non seulement rapidement, mais en lui faisant part de leur grand enthousiasme à collaborer avec elle. « Sauf qu’au lieu de l’Afghanistan, ils ont choisi l’Inde, pour des raisons de sécurité. »

C’est ainsi qu’elle se retrouve en train de signer une collection spéciale ramadan pour l’enseigne d’ameublement la plus célèbre au monde. « Même si le projet est différent de celui que j’avais conçu pour l’Afghanistan, on restait dans le même créneau. Et il était d’autant plus attractif que ce projet est censé refléter une période de l’année en Orient au cours de laquelle on célèbre les valeurs de compassion, d’empathie et de générosité », précise-t-elle, définissant son travail de « design émotionnel qui reflète la nature émotionnelle des habitants du Moyen-Orient ». Une artiste libanaise qui en adaptant ses idées, ses compétences et ses techniques aux cinq dimensions du design démocratique d’Ikea, donne aussi une visibilité internationale, plus que jamais bienvenue, au design de son pays. Qui ne pourra malheureusement pas avoir accès à cette collection, puisque le géant suédois n’a pas de succursale au Liban.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bardawil dany

Bravo et dommage que la production ne se fait pas au Liban

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Larijani dans une discussion informelle : Les Américains ont commis une erreur stratégique en tuant Soleimani

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants