Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Des Tunisiennes reprennent une chorégraphie féministe chilienne

Une soixantaine de tunisiennes ont repris samedi en arabe la chorégraphie féministe chilienne "Un violeur sur ton chemin", devenu hymne mondial contre les violences faites aux femmes, devant le siège du gouvernement.

Les militantes se sont réunies le temps d'une flash mob à l'appel d'un collectif féministe, Falgatna (+Y en marre+ en arabe), a constaté un journaliste vidéo de l'AFP.

"On est là pour dénoncer toutes les violences (...), les violences sociales, institutionnelles, domestiques", a expliqué l'une des participantes, Shames Radouani.

Cette chorégraphie a déjà été reprise des dizaines de fois, à Paris, Madrid, Beyrouth ou New York.

Lancée fin novembre dans un port chilien, "Un violeur sur ton chemin" est une danse très codifiée et visuelle : bandeau noir sur les yeux, un foulard autour du cou, les femmes sont alignées, scandant leur refus des mauvaises excuses, avant de terminer en lançant "le violeur, c'est toi!" doigt accusateur tendu vers l'avant.

La version tunisienne intervient au moment où de nombreux témoignages déferlent sur les réseaux sociaux dans le pays, évoquant harcèlement et violences sexuelles sous le mot clé #EnaZeda, équivalent tunisien de #MeToo.

Ils ont été déclenchés par la diffusion virale le 11 octobre de photos prises par une jeune fille montrant un député fraîchement élu, qui semble en train de se masturber devant un lycée. La polémique a été relancée avec la mise en cause d'un enseignant haut placé, accusé de harceler ses étudiantes en toute impunité.

En Tunisie, rares sont les victimes qui portent plainte, même si les agressions sexuelles sont punies par la loi et que, depuis juillet 2017, le harcèlement sexuel dans les lieux publics est passible d'un an de prison et de 3.000 dinars (environ 950 euros) d'amende.


Une soixantaine de tunisiennes ont repris samedi en arabe la chorégraphie féministe chilienne "Un violeur sur ton chemin", devenu hymne mondial contre les violences faites aux femmes, devant le siège du gouvernement.

Les militantes se sont réunies le temps d'une flash mob à l'appel d'un collectif féministe, Falgatna (+Y en marre+ en arabe), a constaté un journaliste vidéo...