X

Auto

Renault Zoé, électrique et... à base de matériaux recyclés

Environnement
OLJ
16/11/2019

Dans les ateliers des Filatures du Parc à Brassac, un village du massif du Sidobre en France (département du Tarn), un drôle de fil est fabriqué à base de ceintures de sécurité, de rebuts textiles et du recyclage de bouteilles en plastique afin d’habiller les sièges de la nouvelle Zoé, la voiture électrique du groupe Renault. Depuis six ans, le groupe automobile français travaille sur le projet collaboratif Afiler, en collaboration avec les Filatures du Parc, leader européen des filatures cardées, et Adient Fabrics, société de fabrication de textiles pour les sièges automobiles basée en Ariège.

Pour produire ce nouveau tissu recyclé et plus respectueux de l’environnement, les ceintures en polyester sont défibrées puis mélangées à des fibres en polyester issues de bouteilles en plastique. Un procédé mécanique – sans transformation chimique ni thermique – qui réduit de 60 % les émissions de CO2 par rapport à la fabrication d’un fil traditionnel. « Ce projet n’aurait pas pu exister individuellement car cette innovation appartenant à l’économie circulaire nécessitait un savoir-faire et un ancrage dans les territoires », déclare Jean-Philippe Hermine, directeur stratégie et plan environnement du groupe Renault, qui détient déjà depuis une dizaine d’années des parts de participation dans des sociétés de recyclage. « Nous travaillons des produits de haute qualité, donc il est important de les recycler pour garder notre savoir-faire et nous garantir l’avance de cette innovation, cela donne une plus-value à notre bilan environnemental », ajoute-t-il, précisant que la nouvelle Zoé, notamment avec ce nouveau tissu recyclé, favorise une baisse de 60 % des émissions de CO2 par rapport à la précédente version.

« Depuis 15 ans, nous réfléchissons à cette économie circulaire et au recyclage puisque nous avons déposé un premier brevet en 2007, mais nous sentons que depuis cinq ans, il y a une vraie demande sur ce marché », explique Fabrice Lodetti, le PDG des Filatures du Parc, qui œuvrent habituellement dans les domaines de l’habillement et de l’ameublement. « Travailler pour l’automobile, c’est une aventure humaine et une opportunité, mais c’est aussi un cahier des charges plus sévère – résistance au feu, à l’usure, à la lumière et au frottement – qui a été possible grâce au partage de nos savoir-faire », détaille-t-il.

Source : Reuters

À la une

Retour à la page "Auto"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Rencontre de Scarlett HADDAD

Zasypkine : Il faut donner une chance au nouveau gouvernement

Commentaire de Anthony SAMRANI

La paix sans les Palestiniens

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants