Liban

Contestation : l'armée libanaise donne son bilan des arrestations

Des militaires montant la garde sur le pont piéton au-dessus de l'autoroute de Jal el-Dib, le 15 novembre 2019. Photo Hassan Assal

L'armée libanaise a donné vendredi son bilan des séries d'arrestations de manifestants sur le territoire libanais qui connaît son 30e jour d'une contestation populaire inédite contre la classe politique jugée corrompue et incompétente.

Dans un communiqué publié sur son site, la troupe affirme que "lorsque l'armée s'attelait à rouvrir les routes dans de nombreuses régions libanaises, certains manifestants s'en sont pris aux soldats en les insultant et en tentant de les agresser, blessant plusieurs d'entre eux, ce qui a poussé les militaires à arrêter 20 personnes et de les déférer pour être interrogés. Neuf d'entre eux ont été relâchés, sept autres sont encore en détention pour les besoins des enquêtes, et quatre autres, notamment un ressortissant syrien, ont été déférés devant la justice militaire après avoir prouvé qu'ils étaient derrières d'autres infractions".

L'armée ne précise pas quand ces 20 personnes ont été arrêtées ni quand les autres ont été relâchées.

Un peu plus tôt dans la journée, des manifestants arrêtés la nuit dernière à Zouk Mikhaël, dans le Kesrouan, et sur la voie express du Ring, à Beyrouth, ont été relâchés après une mobilisation de leurs proches et de militants opposés au pouvoir politique. D'autres protestataires, dont certains arrêtés à Jal el-Dib, dans le Metn, croupissent encore dans des commissariats et casernes  dans des circonstances obscures.


L'armée libanaise a donné vendredi son bilan des séries d'arrestations de manifestants sur le territoire libanais qui connaît son 30e jour d'une contestation populaire inédite contre la classe politique jugée corrompue et incompétente.

Dans un communiqué publié