X

Dernières Infos

Pour le Kremlin, Washington a "trahi" les Kurdes

AFP
23/10/2019

Le Kremlin a jugé mercredi que Washington avait "trahi" son allié kurde en se retirant du Nord-Est syrien, l'abandonnant face à la Turquie.

"Ces dernières années, les Etats-Unis étaient les alliés les plus proches des Kurdes. Mais, à la fin, les Etats-Unis ont abandonné les Kurdes et les ont de facto trahis", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par les agences de presse russes. "Désormais, ils préfèrent laisser les Kurdes à la frontière, les forçant presque à faire la guerre aux Turcs", a-t-il ajouté.

Début octobre, les Etats-Unis ont annoncé leur retrait du nord et de l'est de la Syrie, à la surprise générale, ouvrant la voie à une offensive turque dans cette zone contre les forces kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), qualifiées de "terroristes" par Ankara.

Ces forces kurdes étaient le principal allié des Etats-Unis face au groupe jihadiste Etat islamique.

Les présidents russe et turc, acteurs centraux du conflit syrien, se sont accordés mardi soir sur une prise de contrôle en commun de la majeure partie de la zone en Syrie bordant la frontière avec la Turquie, alors que la région était en proie à un conflit croissant entre Ankara et combattants kurdes.

Dans un premier temps, à partir de mercredi 09H00 GMT, Russes et Syriens vont déployer des patrouilles militaires dans les secteurs bordant la zone où l'armée turque a déclenché début octobre une opération militaire.

Cette mesure vise à "faciliter" le retrait des Kurdes, selon les Russes. Et "150 heures" plus tard, des patrouilles communes, cette fois russo-turques, doivent évoluer dans la zone.

Si les forces kurdes ne se retirent pas, "les garde-frontières syriens et la police militaire russe devront se retirer. Et les forces kurdes restantes se retrouveront alors sous le rouleau compresseur de l'armée turque", a prévenu M. Peskov.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Après un progrès lundi, les tractations politiques désormais suspendues

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants