Dernières Infos

Nouvelles arrestations de militants politiques en Egypte

AFP
13/10/2019

Deux militants politiques connus pour avoir participé à la révolte populaire de 2011 ont été arrêtés dimanche, dans le sillage de centaines d'interpellations ces dernières semaines, ont indiqué des organisations de défense des droits humains.

Esraa Abdel-Fattah, 41 ans, a été arrêtée dimanche soir dans la rue par des policiers en civil qui l'ont emmenée en voiture. Mohamed Salah, un proche de la militante, a posté sur sa page Facebook samedi soir un message racontant la scène, qui a eu lieu vers 19H30 (17H30 GMT), selon lui. M. Salah a été emmené lui aussi dans une voiture, séparément, a-t-il assuré. "Ils m'ont relâché au bout d'une heure sur l'autoroute après m'avoir bandé les yeux et battu", a-t-il écrit.

Esraa Abdel-Fattah, une blogueuse et journaliste, est connue pour avoir été l'une des fondatrices du "Mouvement du 6 avril" en 2008, à l'origine de la mobilisation de millions d'Egyptiens lors de la révolte de 2011 ayant provoqué la chute d'Hosni Moubarak.

La Commission égyptienne pour les droits et la liberté, une ONG locale, a confirmé dès samedi soir sur les réseaux sociaux qu'elle ignorait où se trouvait la militante.

Abdallah Said, un autre militant politique, du parti Pain et Liberté, a aussi été arrêté dimanche matin à son domicile, selon une note de ce petit parti d'opposition postée sur les réseaux sociaux.

Sollicitées par l'AFP, les autorités égyptiennes n'avaient pas encore donné de réponse dimanche en fin de matinée.

Selon plusieurs organisations de défense des droits humains, environ 3.000 personnes ont été arrêtées ces trois dernières semaines dont des intellectuels, des militants politiques, des avocats et des journalistes. Les ONG estiment que ce coup de filet est le plus vaste depuis l'arrivée au pouvoir de M. Sissi en 2014. Si certains détenus ont été remis en liberté, les figures de la dissidence les plus emblématiques restent en prison.

Des manifestations - rares en Egypte car interdites en vertu d'une loi adoptée en 2013 - ont eu lieu à travers le pays, principalement les 20 et 27 septembre. Les manifestants répondaient à l'appel de Mohamed Aly, un homme d'affaires en exil qui accuse le président de corruption.

La semaine dernière, le président du Parlement Ali Abdel-Aal a affirmé qu'il n'y avait "pas un seul prisonnier politique dans les prisons égyptiennes". Le Premier ministre Mostafa Madbouly a félicité la police pour son travail lors des manifestations de septembre.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

«Ya aayb el-choum»

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants