X

Dernières Infos

Les avocats turcs menacent de boycotter une cérémonie d'Erdogan

AFP
18/08/2019

Des dizaines d'associations du barreau turc menacent de boycotter la cérémonie d'ouverture de l'année judiciaire du président Recep Tayyip Erdogan prévue au palais présidentiel, estimant qu'il s'agirait d'une nouvelle violation de l'indépendance de la justice.

Ce boycott contre M. Erdogan, très critiqué par les Occidentaux et les défenseurs des droits humains pour ses attaques contre la liberté de la presse et son ingérence dans le fonctionnement des tribunaux, serait une première de la part d'organisations judiciaires.

L'Union européenne estime que l'indépendance de la justice et le principe de la séparation des pouvoirs ont été affaiblis depuis 2014 en Turquie et que les juges et procureurs y sont soumis à une pression croissante du gouvernement.

Au moins 42 associations du barreau, dont celles d'Istanbul et de la capitale Ankara, ont déclaré qu'elles ne participeraient pas à la cérémonie prévue le 2 septembre car elles estiment que celle-ci devrait se tenir dans le bâtiment de la Cour suprême, pas au palais présidentiel. "Ces dernières années, l'indépendance de la justice a été gravement affaiblie (...) La justice est sous pression du pouvoir exécutif", a déclaré à l'AFP Mehmet Durakoglu, qui dirige l'association du barreau d'Istanbul. "Dans cette situation, nous souhaiterions que la cérémonie d'ouverture de l'année judiciaire se tienne dans un lieu qui représente la séparation des pouvoirs, plutôt que dans une enceinte politique".

La cérémonie d'ouverture de l'année judiciaire se tient au palais présidentiel depuis 2016, après une tentative de putsch manquée contre M. Erdogan. Depuis, les autorités ont arrêté des dizaines de milliers de personnes accusées de liens avec les putschistes, dans ce que les organisations de défense des droits humains qualifient de répression sans précédent.

M. Erdogan a rejeté les critiques concernant la cérémonie. "La cérémonie qui se tiendra dans le lieu du peuple ne fera que renforcer l'indépendance judiciaire", a déclaré le président. Selon l'opposition, les tribunaux turcs ont cédé à la pression gouvernementale, rendant souvent des jugements en faveur des autorités depuis des purges massives dans le système judiciaire consécutives à un scandale de corruption en 2013 et au putsch manqué de 2016. Selon M. Durakoglu, les associations du Barreau poursuivront leur combat pour l'indépendance de la justice en Turquie. "Nous n'avons ni peur, ni hésitation", a-t-il assuré. "Nous ne voyons pas d'autre solution que de continuer à nous battre".

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants