X

Sport

Les skaters s’assagissent en vue du rêve olympique

Skateboard
OLJ
11/07/2019 | 00h00

Finis les hamburgers et les pizzas, vivent les salles de sport. À un an des JO de Tokyo, les skaters s’assagissent et se préparent comme des sportifs de haut niveau pour conquérir l’or olympique.

« Maintenant, nous sommes entre guillemets des athlètes, des athlètes urbains », sourit Danny Leon. Jeans, ample chemise et casquette vissée sur la tête même lors de ses figures à plusieurs mètres de haut, ce jeune Espagnol aux cheveux en bataille est l’un des candidats au voyage au Japon. « Avant, skater, c’était descendre dans la rue. Aujourd’hui, on s’entraîne, on fait des exercices et des étirements avant et après pour bien récupérer, on fait plus attention à notre corps, on mange mieux. Finis les hamburgers et les pizzas », explique-t-il durant les World Roller Games, compétition rassemblant ces jours-ci à Barcelone skaters, rollers ou trottinettes.

« Je vais beaucoup à la salle de sport pour améliorer ma résistance et je m’entraîne quatre heures par jour pour répéter les figures », abonde le Portugais Gustavo Ribeiro qui, à 18 ans, est l’un des grands noms du skate. N° 2 mondial dans la catégorie street, il est candidat au podium olympique. « C’est fou de penser que je pourrais ramener une médaille d’or en représentant mon pays », dit-il. Son enthousiasme contraste avec la méfiance du monde du skate lors de l’annonce en 2016 des débuts de la discipline à Tokyo. Les riders craignaient alors que les JO ne marquent la disparition de l’essence du skate, sa philosophie de vie.

Corps bardé de cicatrices et constellé d’hématomes, le Péruvien Angelo Caro s’est vu ouvrir les portes du centre des sportifs de haut niveau de son pays grâce à l’inscription du skate comme sport olympique. Et il espère surtout que les JO permettront de battre en brèche les clichés sur les skaters. « Les gens, qui nous voient comme des fainéants et des drogués, pourront voir que c’est un sport vraiment sympa qui demande beaucoup de talent et d’efforts. On tombe tous les jours, c’est un vrai sacrifice », souligne-t-il.

Le skate est aussi une grande opportunité pour le mouvement olympique, veut croire Sabatino Aracu, président de la Fédération internationale de patinage à roulette (World Skate). « Le skate, c’est du sang nouveau, une bouffée d’air frais pour les Jeux », dit-il. Il y aura au total 80 skaters à Tokyo, 20 dans chaque catégorie (street et park, masculin et féminin), avec au maximum trois représentants de chaque pays par catégorie, dont la qualification dépend des points obtenus lors des grandes épreuves du circuit international.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Sport"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants