Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Affrontements interdruzes : Berry pour une solution globale

Le président du Parlement libanais, Nabih Berry, a affirmé que les incidents qui ont éclaté dimanche dans la région de la Montagne ne peuvent être résolus qu'en en liant les aspects sécuritaire, politique et judiciaire de l'affaire.

"La Montagne a ses particularités et ce qui est arrivé dimanche ne peut pas être seulement résolu d'un point de vue sécuritaire, politique ou judiciaire, mais en liant les trois aspects de ce dossier", a affirmé le député Ali Bazzi, citant le chef du Législatif, à l'issue de la réunion hebdomadaire à Aïn el-Tiné. "Tout le monde connaît le rôle que joue Nabih Berry dans la consolidation de la stabilité, la protection de la paix civile et la fédération de toutes les parties", a encore souligné M. Bazzi.

Les incidents de la Montagne ont fait deux morts, Samer Abou Faraj et Rami Salmane, gardes du corps du ministre d'Etat pour les Affaires des réfugiés, Saleh Gharib (membre du Parti démocratique libanais de Talal Arslane), et trois blessés. Ils sont survenus au moment où le chef du Courant patriotique libre et chef de la diplomatie, Gebran Bassil, effectuait une tournée dans la région. Celle-ci intervenait après des semaines de tensions nourries entre M. Bassil et ses alliés druzes d'une part, et le Parti socialiste progressiste du leader druze Walid Joumblatt de l'autre. La colère des joumblattistes s’est manifestée par des blocages de route à Kfarmatta et a culminé avec des tirs mortels contre le convoi du ministre Saleh Gharib, à Qabr Chmoun. Ces événements font l'objet de deux récits antinomiques, le parti de Talal Arslane et ses alliés affirmant qu'il s'agit d'un piège tendu pour assassiner le ministre Gharib tandis que le PSP affirme que les gardes du corps de M. Gharib ont ouvert le feu en premier en direction de manifestants. Une médiation est actuellement menée par le directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, afin de concilier les différentes positions.

En ce qui concerne l'étude du budget, en examen en commission des Finances depuis le 10 juin, "M. Berry considère que les chiffres et articles qui ont été transmis ne doivent pas spécialement être approuvés par le Parlement sans discussion", a souligné Ali Bazzi. 

La commission a entamé le 10 juin l’examen du projet de budget pour 2019, qui devra ensuite être voté par le Parlement. Le Liban fonctionne officiellement sans budget depuis le 31 mai, mais la commission a déjà validé le projet de loi l’autorisant à le faire jusqu’à fin juillet, date avant laquelle les responsables espèrent que le projet sera définitivement adopté.


Le président du Parlement libanais, Nabih Berry, a affirmé que les incidents qui ont éclaté dimanche dans la région de la Montagne ne peuvent être résolus qu'en en liant les aspects sécuritaire, politique et judiciaire de l'affaire."La Montagne a ses particularités et ce qui est arrivé dimanche ne peut pas être seulement résolu d'un point de vue sécuritaire, politique ou judiciaire,...