Dernières Infos

Expert de l'ONU en détention: Tunis ne reconnaît pas son immunité

AFP
16/05/2019

Tunis a réitéré jeudi ne pas reconnaître l'immunité diplomatique de l'expert de l'ONU Moncef Kartas, chargé d'enquêter sur les trafics d'armes vers la Libye et détenu depuis 50 jours en Tunisie où il est accusé d'espionnage.

M. Kartas, un Allemand ayant également la nationalité tunisienne, "ne dispose pas d'immunité, il est entré en Tunisie avec son passeport tunisien, et ne s'y trouvait pas dans le cadre de ses fonctions au sein de l'ONU", a assuré à l'AFP le porte-parole du parquet antiterroriste Sofiene Sliti.

L'ONU, qui martèle que M. Kartas était en mission, a demandé mercredi à Tunis "d'abandonner les accusations" d'espionnage portées contre son expert, arrêté à son arrivée à l'aéroport de Tunis le 26 mars. Il "doit être libéré immédiatement", a affirmé le porte-parole du secrétaire général des Nations unies, Stéphane Dujarric.

Moncef Kartas est membre du comité des sanctions de l'ONU, chargé d'enquêter sur les livraisons d'armes menées en dépit de l'embargo visant la Libye.

M. Sliti, faisant valoir la "souveraineté" de la Tunisie, a précisé, sans plus de détails, que l'expert était poursuivi pour avoir "collecté des informations en relation avec le terrorisme de façon non officielle, ce qui constitue un crime dangereux".

Il a également fait état de la saisie, dans le cadre de l'enquête, de "matériel servant à vérifier l'aviation civile et militaire, dont l'utilisation nécessite des autorisations officielles".

Selon sa défense, l'un des principaux éléments à charge est un appareil "donnant accès aux données publiques concernant les vols d'avions civils et commerciaux", l'équivalent des informations diffusées par des sites comme FlightRadar.

Cet appareil, un RTL-SDR, soumis à une autorisation en Tunisie, lui servait "uniquement pour la surveillance du trafic aérien à destination de la Libye, afin d'identifier les vols susceptibles d'être liés à des violations de l'embargo sur les armes", avait expliqué son avocate, Sarah Zaafrani.

Cette arrestation intervient au moment où les enquêteurs de l'ONU sont mobilisés pour enquêter sur les violations des embargos sur les armes, qui se multiplient avec la reprise des combats depuis l'offensive lancée le 4 avril par le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'est libyen, pour conquérir Tripoli, siège du gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

25 mai 2000-25 mai 2019 : ce qui reste de la fête de la Libération

Un peu plus de Médéa AZOURI

Et si on faisait tous la grève ?

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants