X

Dernières Infos

Abbas refuse toujours de percevoir des taxes en partie gelées par Israël

AFP
29/04/2019

Le président palestinien Mahmoud Abbas a réitéré lundi son refus de percevoir des droits de TVA et droits de douane que lui doit Israël tant que l'Etat hébreu maintiendra sa décision d'en geler une partie.

En février, Israël avait annoncé le blocage de 500 millions de shekels (122 millions d'euros) sur le montant total reversé à l'Autorité palestinienne au titre de la TVA et des droits de douane prélevés sur les produits importés par les Palestiniens.

Cette sanction a été imposée en réponse au versement par l'Autorité palestinienne d'allocations aux familles de Palestiniens emprisonnés ou tués pour avoir commis des attaques anti-israéliennes.

"Nous ne recevrons aucun fonds de la part d'Israël s'ils sont incomplets", a fait savoir le président palestinien Mahmoud Abbas, au début du Conseil des ministres hebdomadaire à Ramallah, en Cisjordanie occupée.

Il avait déjà annoncé en février que l'Autorité palestinienne refuserait de recevoir l'ensemble de ces droits de douanes et TVA si Israël appliquait sa décision.

Lundi, la radio publique israélienne a rapporté qu'un paiement mensuel, dont ont été déduits environ 40 millions de shekels (10 millions d'euros), avait été transféré sur les comptes de l'Autorité palestinienne. Mais deux semaines plus tard, l'argent a été retourné au ministère des Finances israélien, d'après la radio.

Dans le cadre des accords de Paris signés en 1994, Israël, qui contrôle les frontières des Territoires palestiniens, collecte les taxes sur les importations palestiniennes, qui représentent environ 700 millions de shekels (170 millions d'euros) par mois, et les reverse aux Palestiniens.

C'est la plus importante source de revenus de l'Autorité palestinienne.

Mahmoud Abbas affirme avoir demandé 100 millions de dollars (89 millions d'euros) aux pays arabes lors du dernier sommet de la Ligue arabe afin d'éviter une crise financière.

"Nous n'avons pas de grands espoirs mais ce montant peut être considéré comme une dette que nous honorerons dès qu'Israël rendra l'argent", a-t-il dit.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

25 mai 2000-25 mai 2019 : ce qui reste de la fête de la Libération

Un peu plus de Médéa AZOURI

Et si on faisait tous la grève ?

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants