X

Culture

Julian Steckel est un violoncelliste comblé

Concert

Le musicien allemand de 37 ans donne un concert ce soir à l’Université Antonine, avec Paul Rivinius au clavier*.

16/04/2019

C’est avec un sentiment d’exaltation et d’excitation que Julian Steckel entreprend son premier voyage au Moyen-Orient et notamment au pays du Cèdre où il donne ce soir un concert avec Paul Rivinius au clavier. Deux musiciens, aussi bien amis, compères et complices sur scène que sur les sillons des platines. Mais pour Steckel, détenteur du premier prix de la compétition internationale ARD en 2010 à Munich, pourquoi le choix du violoncelle, cette ombre de la voix humaine ? « Honnêtement je ne sais pas, répond le musicien allemand. De toute façon, j’étais destiné à faire de la musique déjà de par mon environnement familial. Mes parents et ma fratrie sont des musiciens chevronnés et professionnels. C’est arrivé ainsi : depuis l’enfance j’ai aimé le violoncelle et heureusement que cela dure jusqu’à aujourd’hui ! »

Une histoire passionnelle qui a ses idoles et ses favoris. Parmi les violoncellistes qui l’ont marqué, à travers virtuosité et brio pour ceux de la période de l’adolescence, il cite Emmanuel Feuermann, Casal (et sa superbe légation des enregistrements de Schumann), Rostropovitch et sa puissance de jeu incantatoire, Bylsma et son approche de Bach, l’imagination sonore de Shafran… Mais par-dessus tout, il rend grâce aux maîtres et professeurs qui l’ont formé : Gustav Rivinius, Schiff, et Pergamenschikow...

Pour les pièces qu’il aime interpréter, il dit qu’il est actuellement comblé car, heureusement, il joue tout le répertoire fantastique du violoncelle d’avant-Bach jusqu’aux compositeurs contemporains. Reste le souhait de jouer le concerto pour violon de Sibelius, mais cela reste pour une seconde vie !

S’il avait à dire ou choisir le nom du compositeur qui ferait vibrer le plus les cordes de son violoncelle, il semble que la réponse est loin d’être facile et le musicien d’expliquer : « Je suis plutôt intéressé par le meilleur compositeur en général mais ce serait qui ? On ne peut pas réellement mesurer la musique ! J’adore le concerto de Schumann mais c’est très inconfortable pour un violoncelliste : est-ce que cela fait de Schumann un mauvais compositeur pour le violoncelle ? Je ne pense pas ! Dvorak a de toute évidence un bon avis pour ce qui est bon pour le violoncelle, car il était lui-même instrumentiste pour cordes, et c’est pour cela que son concerto n’est pas seulement de la grande musique mais aussi grandement impressionnant en ce qui concerne la part du violoncelle. »

Comment sont nés le menu, les grandes lignes musicales, le choix des partitions et des œuvres à offrir aux mélomanes pour le concert de ce mardi 16 avril ? Et Julian Steckel de préciser : « La création d’un programme est un procédé qui peut aller parfois vite et parfois cela prend des années. Au départ, il y a une idée, des fois contradictoire surtout pour trouver les liens entre les compositeurs et les morceaux choisis. Ici, le cœur du programme ce sont les deux dernières sonates de Beethoven. C’est comme deux différentes idées vivant sous un même toit, les sonates op 102 n° 1 et n° 2. Le reste du programme s’est enclenché très facilement. J’aime beaucoup la sonate de Poulenc (sonate pour violoncelle et piano FP143) et j’essaye de la jouer le plus souvent possible. De même pour César Frank avec la Sonate en la majeur. Et voilà le programme ! Dans tout ce que nous jouerons, le violoncelle et le piano sont des partenaires égaux, parfois l’un est leader, parfois l’autre l’est, cela va tantôt dans un sens, tantôt dans l’autre, cela se rejoint ou diverge. Pour moi, c’est l’idéal de ce qui se joue pour une musique de chambre. »

Un mot d’accueil pour le public qui va venir vous écouter et vous applaudir ? Et la réponse fuse : « Musiciens et auditeurs ne peuvent faire beaucoup l’un sans l’autre, sans cette part respective de chacun à contribuer au plaisir et au bonheur d’un concert. Alors laissons ouverts nos oreilles et nos sens et expérimentons ce voyage ensemble. »

*Le concert de musique de chambre de Julian Steckel (violoncelle) et Paul Rivinius (piano) a lieu à l’église Notre-Dame des Semences (Université Antonine – Hadeth-Baabda), ce soir, mardi 16 avril 2019 à 20h.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Tina Chamoun

Encore plus comblés de joie sont ceux qui l'écoutent jouer :)

Sarkis Serge Tateossian

Des plaisirs à ne pas rater.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le compromis présidentiel et les dommages collatéraux

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants