X

Liban

Des journalistes libanais invités à explorer leurs traumatismes liés à l’empathie

Atelier de travail
19/03/2019

Comment faire preuve de résilience, lorsqu’on est journaliste, face à des situations professionnelles stressantes liées à la couverture des conflits ou concernant des défis professionnels personnels ? Comment gérer ses émotions lorsqu’on travaille avec les survivants de traumatismes, qu’on est exposé à leurs expériences, qu’on fait constamment preuve d’empathie ? Comment optimiser ses forces et ses atouts, pour les mettre au service de la résilience ? C’est à ces questions parmi tant d’autres qu’a tenté de répondre hier le chercheur canadien, Tayyab Rashid, psychologue clinicien, PHD à l’Université de Toronto Scarborough, devant un groupe de journalistes libanais. Et ce, lors d’un atelier de travail organisé à leur intention dans les locaux « Le Studio by SJ » à Sin el-Fil, par l’association Humanship et son fondateur Milad Hadchiti, sur le thème « Des traumatismes vicariants à la résilience ».

C’est à partir de recherches sur « le traumatisme par procuration », également baptisé « traumatisme vicariant », que le professeur Rashid a développé ses travaux sur la résilience basée sur les forces. Ce traumatisme, souligne-t-il, est à ne pas confondre avec le Trouble de stress post-traumatique (PTSD). Il consiste en « des changements profonds » subis par le journaliste suite « au cumul de situations difficiles ». Des changements qui se répercutent tant sur sa vie professionnelle que personnelle. « Après avoir rencontré des survivants de traumatisme, écouté leurs témoignages et fait preuve d’empathie, un journaliste n’est plus le même, note-t-il, faisant état de réactions physiques et émotionnelles plus ou moins durables », liées au vécu. Et de préciser que « chacun réagit différemment face au traumatisme », mais que de manière générale, « plus un vécu est dur, plus on a tendance à l’oublier et à s’en dissocier ».


Les forces de caractère pour une bonne résilience

Tayyab Rashid invite donc les journalistes confrontés à ces expériences traumatisantes à faire un travail sur eux-mêmes, « dès lors qu’ils ressentent colère, tristesse et frustration, sans savoir vraiment pourquoi ». Il s’agit donc, dans un premier temps, d’analyser les défis auxquels ils font face et d’identifier leurs réactions face à ces défis. « Une réaction de colère est forcément liée à un sentiment d’injustice, alors que la tristesse est associée à la perte », explique-t-il, précisant que chaque personne agit sur base de ses peurs, de ses émotions, de sa tristesse, de ses craintes... « Dès qu’il est en possession de ces outils, un journaliste de terrain peut aussi mieux comprendre les colères, l’anxiété, la tristesse des personnes qu’il rencontre », ajoute le chercheur universitaire.

Les journalistes sont alors encouragés à identifier leurs cinq forces de caractère à utiliser à bon escient. Des forces de caractère telles que la créativité, l’ouverture d’esprit, l’amour, l’intelligence sociale, le leadership, la bravoure, la citoyenneté, l’intégrité et bien d’autres encore… « Cette tâche nécessite un travail personnel de longue haleine du journaliste, qui doit être réalisé avec la contribution de sa famille, de ses proches et du groupe de chercheurs qui a travaillé sur la résilience basée sur les forces », indique le clinicien. « C’est alors qu’il devient possible, pour chacun, de bâtir un profil de forces pour une bonne résilience et une vie heureuse, sachant qu’il ne suffit pas d’éliminer son anxiété, ses peurs et sa colère pour être heureux », conclut le Dr Rashid.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le compromis présidentiel et les dommages collatéraux

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants