X

La Dernière

Le tour du monde des vignobles et terroirs inconnus

Pendant ce temps, ailleurs...

Wine Explorers, ou comment aller « hors des sentiers battus (pour donner une) idée globale de ce qu’est la planète vin au XXIe siècle ».

OLJ
21/02/2019

Quatre-vingt-huit pays, 5 500 vins dégustés, 370 000 kilomètres parcourus : « Nous sommes les premiers à avoir fait tous les pays viticoles du monde », se réjouit Jean-Baptiste Ancelot, fondateur de Wine Explorers, une entreprise française dédiée à « donner un nouveau souffle au monde du vin ». « L’idée de Wine Explorers, c’est d’aller hors des sentiers battus. Dès qu’on a un pays plus connu, c’est de dénicher des terroirs méconnus, mettre des vignerons en lumière et donner à notre lectorat de l’information » sur le blog de Wine Explorers, explique M. Ancelot. « Le but est triple : faire connaître d’autres terroirs, car le monde du vin est réduit à une vingtaine de pays et on a une géographie du vin qui est fausse, les mettre en avant, notamment les cépages oubliés, pour diversifier l’offre et avoir une idée globale de ce qu’est la planète vin au XXIe siècle », souligne ce baroudeur des vignobles.

Le projet est né il y a dix ans à Bordeaux, dans le sud-ouest de la France, alors qu’il faisait son MBA en commerce des vins et spiritueux, étonné de voir que toutes les informations étaient tournées autour des grandes régions viticoles. Premier départ en janvier 2014 pour l’Afrique du Sud, la Namibie et le Zimbabwe. Pendant quatre ans de voyage, le jeune homme, accompagné par différents photographes, a tenu un blog, organisé des dégustations de vins étrangers, collecté des informations sur les sols, les cépages plantés, les conditions climatiques et le réchauffement climatique de la Norvège à la Patagonie. Financée par des négociants, verriers, tonneliers et autres professionnels de la vigne et du vin, Wine Explorers a également réalisé des études de marchés sur des pays peu connus comme l’Éthiopie ou la République dominicaine.

Au pays du Cèdre

En Charente, dans l’ouest de la France, davantage connue pour son cognac et son pineau que pour son vin, Wine Explorers a décidé de découvrir, avant sa dernière étape au Cap-Vert, le petit vignoble Le Guimbelot à Saint-Sornin, « un petit joyau, une mini-pépite », se réjouit l’aventurier, à l’origine du premier recensement mondial des pays producteurs de vin. Surplombant les vignes de ce domaine perdu dans la campagne charentaise, le camping-car de Wine Explorers est floqué de la carte d’Europe, montrant son parcours de la Suède au Maroc en passant par le Caucase. « Nous avons été attirés par le projet atypique de Freddy et Corinne, loin de la mondialisation. Ici, c’est le seul coin où tu ne peux pas faire du cognac », à la limite de la célèbre appellation de spiritueux, lance Jean-Baptiste Ancelot, venu découvrir leur vignoble et leur parcours après une reconversion professionnelle. Corinne était paysanne-boulangère, et Freddy, agriculteur, avait ouvert le premier bar à lait en Bretagne, dans le nord-ouest de la France.

Le fondateur de Wine Explorers a choisi ce domaine hors des sentiers battus, loin des régions viticoles connues en France, appliquant le même principe à l’étranger : la Tasmanie en Australie, plutôt que la très viticole région d’Adélaïde, les Mormons dans l’Utah aux États-Unis, plutôt que la célèbre Napa Valley. Dans les autres pays, il est parti à la découverte des vignobles, peu ou pas référencés au Gabon ou encore en Corée du Sud.

Jean-Baptiste Ancelot a également fait un crochet par le Liban, assistant notamment à l’exposition Vinifest organisée annuellement fin octobre à l’hippodrome de Beyrouth. L’occasion pour lui de déguster les vins du pays du Cèdre. Dans un article publié en ligne le 14 avril 2018, il a écrit : « Depuis les ruines de Byblos, en passant par la forêt de cèdres, le charme des villages de montagne et les vignobles amoureusement façonnés par l’homme, je suis tombé amoureux du Liban. » Il ajoute avoir découvert « l’une des plus anciennes cultures de la vigne, aux terroirs incontestables et aux nombreux cépages autochtones » ; un pays, un « petit » vignoble à l’échelle du monde, « qui compte parmi les plus beaux crus du pourtour méditerranéen... voire du globe ». Grâce à l’ancienneté de la culture de la vigne au Liban (environ 7 000 ans avant J-C), les cépages autochtones y sont innombrables, insiste M. Ancelot, narrant : « La légende raconte même que Noé, dont la tombe se trouverait dans la mosquée de Kerak (vallée de la Békaa), se serait arrêté sur le mont Sannine et y aurait planté la vigne. »

Redonner vie aux cépages disparus

Toutefois, en raison d’un manque de préservation de ces cépages, « nous sommes encore au stade de l’expérimentation côté vin », a confié Fabrice Guiberteau, du Château Kefraya, à Jean-Baptiste Ancelot. M. Guiberteau œuvre activement pour redonner vie à de nombreux cépages disparus. Deux cépages blancs cependant, le merwah et l’obeidi, traditionnellement utilisés dans la production de l’arak, semblent tirer leur épingle du jeu. « Ces cépages présentent d’incroyables profils aromatiques et méritent d’être vinifiés. Ils représentent l’identité et le futur du vignoble libanais », a encore expliqué Maher Harb, du domaine Sept, au fondateur de Wine Explorers.

Aujourd’hui, une nouvelle page se tourne après le périple de Jean-Baptiste Ancelot, avec de nombreux projets en cours pour le mettre en valeur : conférences, documentaires, dégustations, publication de livres, importation de vins... Sans oublier de terminer complètement la boucle par la visite de la Syrie et du Venezuela, une fois la sécurité revenue dans ces deux pays.

Sources : AFP et rédaction

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants