X

Liban

Sleiman : Que Téhéran presse le Hezbollah de livrer ses armes

Liban-Iran
OLJ
09/02/2019

Le président Michel Sleiman et l’ancien Premier ministre Fouad Siniora ont dénoncé hier, à l’unisson, le dernier discours du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, notamment le passage sur la proposition de fournir à l’armée libanaise des armes et de l’équipement militaire qui seraient accordés par la République islamique iranienne afin de renforcer les capacités défensives de la troupe.

Le président Sleiman a notamment souligné sur ce plan, dans une interview à l’agence locale d’information al-Markaziya, que durant son mandat l’Iran n’avait présenté aucune offre « sérieuse » pour fournir des armes à l’armée, en dépit du fait qu’à l’époque déjà, Hassan Nasrallah avait également affirmé que l’Iran était disposé à armer la troupe. « Au cours de l’une de mes visites en Iran, a déclaré le président Sleiman à ce propos, j’avais dit au ministre iranien de la Défense que nous avions besoin d’armes. Il n’avait pas réagi. Plus tard, Hassan Nasrallah avait déclaré que le pouvoir iranien était disposé à fournir des armes à l’armée, mais personne n’a fait une proposition sérieuse à ce sujet. » Et d’ajouter : « Si l’Iran désire réellement renforcer l’armée, il devrait dans ce cas demander au Hezbollah de remettre ses armes à l’armée. »

Le président Sleiman a par ailleurs déclaré que « la distanciation commence par le retrait du Hezbollah de Syrie et d’Irak et des autres pays où il se trouve ».

De son côté, l’ancien Premier ministre Fouad Siniora a appelé le Hezbollah à « appliquer le principe de la politique de distanciation et à ne pas s’impliquer dans les conflits à l’étranger ». M. Siniora commentait à ce sujet le passage du discours du leader du Hezbollah dans lequel il réitérait son attachement à l’Iran et son soutien à la République islamique dans une éventuelle guerre avec les États-Unis. « Il ne fait pas de doute que les débuts du Hezbollah ont été marqués par le combat en vue de la libération du Liban de l’occupation israélienne, a déclaré l’ancien chef de gouvernement. Mais depuis l’an 2000 (date du retrait de l’armée israélienne du Liban-Sud), les armes du Hezbollah sont pointées vers l’intérieur et mettent à mal les équilibres internes », a relevé M. Siniora dans une interview accordée à l’agence Anadolu, en marge de sa participation au 22e Forum eurasien économique. « J’espère que le Hezbollah sera plus compréhensif concernant la nature de l’étape qui nous attend et les pressions que le Liban pourrait subir » (dans le cadre des sanctions imposées par les États-Unis à la République islamique iranienne et au Hezbollah), a ajouté l’ancien Premier ministre.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Lorsque Riyad reprend la main au Liban...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.