X

Dernières Infos

Arslane demande à ses partisans de "ne pas attiser les tensions"

Liban
OLJ
22/01/2019

L'émir druze Talal Arslane, qui doit comparaître mercredi devant la justice dans le cadre de l'enquête sur les affrontements de Choueifate en mai dernier, au cours desquels Ala’ Abou Faraj, un jeune membre de la garde civile, avait été tué, a demandé à ses partisans de "ne pas attiser les tensions et ne pas se rassembler mercredi devant le palais de Justice de Baabda" à cette occasion.

"Je demande à tous les cheikh, aux amis du parti (démocrate libanais, NDLR) et aux partisans de faire preuve de sang-froid,  de ne pas attiser les tensions et de ne pas se rendre au palais de Justice de Baabda", où il doit témoigner devant le premier juge d'instruction du Mont-Liban, Nicolas Mansour, a écrit M. Arslane sur son compte Twitter. Il a ajouté "avoir de nombreuses données et preuves, rassemblées lors de réunions avec de hauts responsables de l'Etat, des juges, des ministres et des chefs sécuritaires et militaires".

Talal Arslane avait demandé à témoigner personnellement devant la justice dans le cadre de l'enquête menée sur les affrontements ayant opposé, en mai dernier, au lendemain des législatives, ses partisans à ceux du PSP de Walid Joumblatt, à Choueifate, dans le caza d'Aley, le 8 mai dernier. Ala’ Abou Faraj était décédé lors de ces affrontements et c'est un membre du service de sécurité de M. Arslane, Amine Souki, qui est accusé de l'avoir tué. Selon certaines allégations, M. Souki était caché au domicile du chef du Parti démocrate libanais, et aurait été par la suite exfiltré en Syrie.

 




À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.