X

Dernières Infos

Raï convoque les députés maronites à une réunion mercredi prochain à Bkerké

Liban
OLJ
12/01/2019

Le patriarche maronite Béchara Raï a convoqué samedi les députés maronites à une réunion mercredi à Bkerké, afin "de discuter du rôle que la communauté maronite peut avoir face aux développements actuels, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).

"Le patriarche Béchara Raï vous invite à une réunion consultative le mercredi 16 janvier à 10 heures, au siège patriarcal de Bkerké, pour discuter du rôle que les maronites pourront jouer pour faire face à la situation générale au Liban et dans la région, et aux répercussions de cette situation sur les plans politique, économique et social. La réunion portera aussi sur les initiatives à prendre pour la sauvegarde de l’État Libanais", indique un communiqué publié par le patriarcat maronite.

Quelques jours avant le départ de Mgr Raï aux États-Unis le 21 janvier, ce mini-sommet serait en quelque sorte le fruit d’une réflexion qui aurait mûri à Bkerké après le défilé des responsables politiques au siège de l’Église maronite à l’occasion des fêtes de fin d’année. Ceux-ci ont presque unanimement exprimé leur crainte face au danger qui guette le pays, si entre-temps la réactivation de l’exécutif n'était pas amorcée.

La formation du gouvernement, attendue depuis plus de sept mois et qui semblait imminente à la veille des fêtes de fin d'année, semble reportée sine die. Le processus continue de buter sur le fameux obstacle sunnite, né de l’insistance des six députés hostiles au Courant du Futur – et bénéficiant d’un appui indéfectible du Hezbollah – de prendre part au cabinet.

Avant les fêtes, les six députés sunnites pro-8 Mars avaient annoncé qu'ils retiraient le nom de Jawad Adra de leur liste de ministrables à présenter au président de la République. Selon des informations concordantes, cette décision était motivée par la volonté du chef du CPL, Gebran Bassil, d'attirer M. Adra dans son giron et de former avec les ministres nommés par son parti et le chef de l’État un groupe de 11 ministres pour constituer un tiers de blocage au sein du gouvernement.

Dans ce contexte, le Hezbollah fait porter la responsabilité du blocage de la formation du cabinet au Premier ministre désigné Saad Hariri. Ce dernier accuse pour sa part le parti chiite d'entraver la formation d'une nouvelle équipe ministérielle.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Liban invité à Astana : une reconnaissance de la priorité du dossier des réfugiés syriens

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants