Affaire Jamal Khashoggi

Affaire Khashoggi : SKeyes demande une enquête internationale « transparente et indépendante »

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi lors d’un événement du Middle East Monitor à Londres, le 29 septembre 2018. MEM/Handout via Reuters

Le centre SKeyes pour la liberté de la presse et de la culture a vivement condamné « l’assassinat » du journaliste saoudien Jamal Khashoggi et appelé à une enquête internationale pour faire la lumière sur cette affaire. « Nous ne pouvons plus nous attendre à quoi que ce soit concernant les résultats de l’enquête avec les suspects (18 personnes ont été arrêtées par les autorités saoudiennes) de la part de ceux-là mêmes qui ont annoncé le crime de cette manière et après les versions contradictoires qui sont apparues », indique SKeyes dans un communiqué, dans une critique claire de la façon dont Riyad a traité ce dossier. « Nous insistons sur le fait que toute enquête qui va être ouverte doit se faire avec beaucoup de transparence. Il faudra dire la vérité sans ambages, quelles que soient les considérations », ajoute le communiqué.Jamal Khashoggi, journaliste saoudien critique notamment du prince hériter Mohammad ben Salmane, n’a plus donné signe de vie depuis qu’il est entré au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, le 2 octobre, pour effectuer des démarches administratives. Après des semaines de dénégations, Riyad a officiellement annoncé, le week-end dernier, qu’il était mort au consulat sans qu’une version finale des faits ne soit claire pour le moment.

« SKeyes refuse que l’histoire de l’assassinat de Khashoggi soit utilisée pour marquer des points entre les pays arabes et de la région parce que tous ces pays, quels que soient leurs alignements politiques, ne présentent pas le degré minimum d’engagement au niveau des libertés et des droits de l’homme qui leur permette de donner des leçons en ce qui concerne la liberté de la presse, la liberté d’opinion et d’expression et la justice », poursuit le communiqué. Ankara a multiplié les condamnations dans cette affaire, alors que la Turquie, qui occupe la 157e place sur 180 dans le classement sur la liberté de la presse de Reporters sans frontières, détient le record mondial, après la Chine, du nombre de journalistes professionnels emprisonnés.

Le centre SKeyes a par ailleurs estimé que cette affaire « est le résultat inéluctable de longues décennies et d’ères durant lesquelles les crimes étaient camouflés pour faciliter la fuite des assassins de journalistes ». « Il est nécessaire que l’assassinat de Khashoggi constitue un événement charnière dans ce cadre, notamment en ce qui concerne la pénalisation des criminels, qui soient-ils. Cela ne peut être réalisé aujourd’hui sans une enquête internationale transparente et indépendante », ajoute le communiqué.



Le centre SKeyes pour la liberté de la presse et de la culture a vivement condamné « l’assassinat » du journaliste saoudien Jamal Khashoggi et appelé à une enquête internationale pour faire la lumière sur cette affaire. « Nous ne pouvons plus nous attendre à quoi que ce soit concernant les résultats de l’enquête avec les suspects (18 personnes ont été...

commentaires (0)

Commentaires (0)