Dernières Infos

Canada : le gouvernement veut relancer un projet d'oléoduc controversé

AFP
21/09/2018

Le gouvernement canadien a ordonné vendredi au régulateur du secteur de l'énergie de revoir l'évaluation environnementale d'un projet d'élargissement d'un oléoduc controversé, dans l'espoir de le relancer après une défaite en justice.
Fin août, la justice a annulé le permis émis par l'Office national de l'énergie (ONE) pour l'élargissement de l'oléoduc Trans Mountain en estimant que cet organe indépendant n'avait pas pris en compte l'impact du projet sur une population d'orques menacée. L'ONE avait donné son feu vert au projet mais en faisant fi de la hausse du trafic de pétroliers sur la côte pacifique pour exporter les hydrocarbures acheminés jusqu'au port de Vancouver par l'oléoduc.

Reliant les champs pétroliers de l'Alberta au littoral à travers les montagnes Rocheuses, l'oléoduc Trans Mountain, long de 1.200 km, est actuellement saturé, et le projet prévoit le triplement de sa capacité à 890.000 barils de pétrole par jour.

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau a demandé à l'Office national de l'énergie "de revoir ses recommandations en tenant compte des effets du transport maritime lié au projet" et lui a accordé un délai de 22 semaines pour réaliser cet "examen approfondi". Le gouvernement présentera notamment à l'organisme "les récentes mesures" prises pour protéger la population d'orques du Sud, a déclaré Amarjeet Sohi, ministre des Ressources naturelles du Canada.

Cette annonce "représente un grand pas en avant dans notre plan d'action pour résoudre les questions soulevées par la Cour d'appel fédérale tout en continuant d'assurer le niveau de protection du milieu marin auquel s'attendent les Canadiens", a dit M. Sohi.

Dans sa décision fin août, la Cour d'appel fédérale avait également invoqué le fait que les communautés autochtones concernées par le projet n'avaient pas suffisamment été consultées concernant ses impacts potentiels.

De nouvelles consultations avec les Amérindiens auront lieu prochainement, a indiqué M. Sohi.

Le gouvernement fédéral, qui avait autorisé le projet à la fin de 2016, examine aussi la possibilité de faire appel du jugement du tribunal.

Face aux incertitudes créées par les opposants à l'oléoduc, le gouvernement libéral a nationalisé cet été l'oléoduc existant en l'achetant pour 4,5 milliards de dollars canadiens (3 milliards d'euros) du groupe américain Kinder Morgan.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué