X

Dernières Infos

Réouverture de Nassib : Le Liban doit « trouver un accord » avec la Syrie, estime Raëd Khoury

OLJ
20/07/2018

Le ministre sortant de l’Economie et du Commerce, Raëd Khoury, a déclaré vendredi dans un entretien à Reuters que le Liban devait « trouver un accord avec la Syrie » afin de pouvoir emprunter les voies d’exportation terrestres vers les pays du Golfe, alors que le régime syrien a récemment repris le contrôle de sa frontière avec la Jordanie.
Le ministre a qualifié ces voies, bloquées depuis l’occupation par des rebelles syriens du poste-frontière de Nassib, dans la province de Deraa, en avril 2015, « d’artère vitale » pour les exportateurs libanais et l’économie du Pays du cèdre. Des centaines de camions empruntaient chaque jour ce point de passage pour transporter des marchandises entre la Turquie et les pays du Golfe.

M. Khoury a souligné que les exportations libanaises avaient diminué de 35 % depuis le début du conflit, en 2011. De fait, la fermeture de Nassib a particulièrement pénalisé les agriculteurs libanais qui destinaient une importante partie de leur production aux marchés du Golfe. Face à cette situation, l’État libanais a commencé en 2015 à subventionner l’acheminement de leurs produits vers l’Arabie saoudite via le canal de Suez, une opération qui a coûté plus de 20 millions de dollars.
« Si Dieu le veut, des négociations auront lieu entre la Syrie et le Liban », a encore affirmé le ministre. « Nous verrons quelles sont les conditions et les facteurs qui seront pris en considération » lors des négociations, a-t-il ajouté.

Les pourparlers pourraient toutefois être rendus plus difficiles en raison des divisions côté libanais concernant la position à adopter vis-à-vis du régime de Bachar el-Assad, alors que le Beyrouth a adopté une « politique de distanciation » depuis le début du conflit. Si les alliés libanais du président syrien souhaitent normaliser leur relation avec Damas, ses adversaires préfèrent les limiter au strict minimum.

M. Khoury fait partie du Courant patriotique libre du président libanais Michel Aoun, allié politiquement au Hezbollah qui a militairement soutenu le régime syrien depuis 2012 avec l’aide de l’Iran. « Si l’intérêt du Liban passe par un dialogue avec le régime syrien qui contrôle la majorité du territoire du pays, alors qu’il en soit ainsi », a encore déclaré le ministre, notant que les intérêts économique du Liban étaient « prioritaires ».

Le régime syrien a repris le contrôle du poste-frontière de Nassib le 6 juillet. Sa réouverture pourrait être décidée prochainement.


À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué