Culture

Peintre et fétichiste du papier

OLJ
16/07/2018

Né en 1974, à Beyrouth, Saïd Baalbaki vit à Berlin depuis une quinzaine d’années. Il a d’abord étudié la peinture à l’institut des beaux-arts de l’Université libanaise avant de suivre une formation de quelques mois à Darat al-Funun, l’académie de Marwan Kassab-Bachi à Amman. Encouragé par ce dernier, il poursuit ses études de peinture à l’Université des arts de Berlin. Il suit notamment les prestigieux cours de Burkhard Held. En 2005, son travail a été récompensé du prix des présidents de l’université des beaux-arts de Berlin. Saïd Baalbaki expose à Berlin, Londres, New York et Beyrouth. Passionné de livres d’artiste, de gravures, ce « fétichiste du papier », comme il se plaît à se définir, aime aussi beaucoup la recherche et le travail de documentation. Quitte à mettre de temps à autre sa production picturale en jachère pour explorer les univers et les courants des artistes qui l’ont précédé.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre la crise économique et financière et l’implantation des Palestiniens...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants