Dernières Infos

L'Allemagne approuve la location de drones israéliens

AFP
14/06/2018

L'Allemagne a approuvé un contrat de 600 millions de dollars (507 millions d'euros) pour la location de drones de reconnaissance militaires israéliens, qui peuvent être armés, a annoncé jeudi Israël Aerospace Industries (IAI), une entreprise publique.

L'accord, valable pour neuf ans, a été signé entre le constructeur israélien et le géant de l'aérospatial européen Airbus, pour le compte du ministère de la Défense allemand. Airbus sera chargé de l'entretien et de l'appui opérationnel des drones.
Un responsable d'IAI, sous couvert d'anonymat, a affirmé que l'accord concernait cinq drones.
Ces Heron TP MALE (moyenne altitude longue endurance) devraient remplacer des drones israéliens Heron 1 que l'armée allemande utilise actuellement en Afghanistan et au Mali.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a indiqué jeudi que le Parlement allemand avait approuvé l'accord la veille, après que le gouvernement fédéral eut donné son feu vert. L'accord sera effectif après la validation du budget fédéral.
"C'est un accord très important", a dit le chef du gouvernement israélien lors d'une conférence sur la sécurité à Jérusalem. "Je pense que cela contribue à la sécurité en Europe".

En 2016, la ministre de la Défense allemande de l'époque, Ursula von der Leyen, expliquait que son pays se servirait de drones israéliens en attendant que les modèles européens similaires soient opérationnels.
L'Allemagne avait un temps envisagé d'acheter des drones Predator américains, mais a finalement opté pour les modèles israéliens, disponibles plus rapidement.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Guerre du Yémen : ce qu’en dit un houthi de passage au Liban...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Visconti et les lahem baajine

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué