Dernières Infos

Le train à grande vitesse entre Jérusalem et Tel-Aviv arrivera en retard

AFP
21/02/2018

L'entrée en service de la future ligne de train à grande vitesse censée mettre Jérusalem à une demi-heure de Tel-Aviv est reportée de plusieurs mois, a indiqué mercredi la société ferroviaire israélienne. 

La ligne était supposée commencer à fonctionner au premier trimestre 2018, mais "les travaux devront se poursuivre avant l'entrée en service dans plusieurs mois", a dit la société ferroviaire dans un communiqué. La bourse de Tel-Aviv, informée par la compagnie, a annoncé un retard probable de six mois en invoquant des autorisations manquantes.

Jérusalem et Tel-Aviv, qui concentrent la majorité de l'activité économique et politique d'Israël, sont distantes de quelque 70 km mais ne sont pour le moment desservies que par une ligne ferroviaire sinueuse qui suit le tracé de l'ancienne ligne du mandat britannique. Il faut au moins une heure et demie pour faire le trajet par le rail. Ou bien il faut prendre la route et s'exposer aux importants bouchons des heures de pointe et au stress d'une conduite souvent erratique.

Construite sous maîtrise israélienne en partenariat avec des entreprises chinoise, italienne ou russe, la nouvelle ligne devrait changer la vie des nombreux Israéliens qui font régulièrement la navette entre Jérusalem et Tel-Aviv. Elle devrait coûter sept milliards de shekels (1,8 milliard de dollars) et faire circuler des trains à 160 kilomètres à l'heure, avait annoncé le ministre des transports Israël Katz fin 2016.

Les trains desserviront l'aéroport international Ben Gourion, à une dizaine de kilomètres à l'est de Tel-Aviv. Le système de transport public en Israël repose essentiellement sur les autobus. Le train n'y représente que 6% des transports publics, contre 30 à 60% dans de nombreux autres pays de l'OCDE, souligne un rapport de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sur l'économie israélienne publié en janvier 2016.

Le projet de ligne rapide avait été lancé en 2004 par l'ancien Premier ministre Ariel Sharon. Les travaux n'ont commencé qu'en 2010 en raison des pressions des associations de défense de l'environnement.

La nouvelle ligne est présentée par ses promoteurs comme une prouesse d'ingénierie. Coupant en plein dans le relief semi-montagneux qui entoure Jérusalem, elle comprend 40 kilomètres de tunnels et huit ponts.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué