Dernières Infos

Les Palestiniens n'accepteront "aucun plan" de paix des Etats-Unis, affirme Abbas

AFP
22/12/2017

Le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré vendredi qu'il n'accepterait "aucun plan" de paix américain dans le conflit israélo-palestinien, estimant que les Etats-Unis s'étaient "discrédités" en reconnaissant Jérusalem comme la capitale d'Israël.

"Nous n'accepterons aucun plan de la part des Etats-Unis à cause de l'esprit partisan (de cette annonce) et à cause de cette violation du droit international", a-t-il déclaré à l'issue d'un entretien avec le président français Emmanuel Macron à Paris.

Avec l'annonce du président Donald Trump sur Jérusalem, "les Etats-Unis se sont disqualifiés eux-mêmes", a-t-il dit. "Ils ne sont plus un médiateur honnête dans le processus de paix", a-t-il martelé.

Mahmoud Abbas a par ailleurs vivement critiqué les menaces financières adressées par les Etats-Unis aux pays susceptibles de condamner leur position sur Jérusalem à l'ONU.
"On ne peut pas imposer au monde des positions en utilisant l'argent. On ne peut pas payer des Etats en exigeant qu'ils adoptent une position politique donnée", a lancé le président de l'Autorité palestinienne.

Sur les 193 pays membres de l'ONU, 128 ont voté jeudi en faveur d'une résolution condamnant la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël, dont de nombreux alliés de Washington comme la France et le Royaume-Uni.
Trente-cinq Etats, dont le Canada, le Mexique, la Pologne ou la Hongrie, se sont en revanche abstenus et 21 n'ont pas pris part au scrutin. Neuf pays - dont les Etats-Unis et Israël - ont voté contre.

Mahmoud Abbas a concédé par ailleurs que la réconciliation engagée entre les deux principaux groupes palestiniens, le Hamas et le Fateh, restait compliquée à mettre en oeuvre.
"La réconciliation palestinienne, je le sais, est difficile. Il y a de nombreux obstacles mais nous sommes déterminés à poursuivre" dans cette voie, a-t-il noté. Il y va aussi de l'intérêt "pour la région et pour le monde", a-t-il souligné.

Un haut responsable du Hamas, le mouvement islamiste palestinien au pouvoir dans la bande de Gaza, a mis en garde jeudi contre un possible échec de ce processus avec le Fateh, la formation rivale que dirige le président Mahmoud Abbas.
"La réconciliation est en train de s'effondrer et chacun doit intervenir pour la sauver", a affirmé Yahya Sinwar, le chef du Hamas à Gaza.

Aux termes d'un accord conclu sous le parrainage de l'Egypte, le Hamas devait transférer le 10 décembre le contrôle de la bande de Gaza à l'Autorité palestinienne reconnue par la communauté internationale.
Mais cette échéance est passée et les islamistes conservent l'essentiel du contrôle de cette enclave.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants