Dernières Infos

La corruption d'un ex-ministre turc exposée à New York

AFP
29/11/2017

Le gouvernement turc espérait en avoir fini avec ce scandale mais il est revenu en force mercredi devant un tribunal new-yorkais: l'homme d'affaires Reza Zarrab a expliqué avoir versé des millions de pots-de-vin à l'ex-ministre turc de l'Economie, pour faciliter un trafic illicite d'or avec l'Iran.

Reza Zarrab, un magnat turco-iranien arrêté aux Etats-Unis en mars 2016 et qui a accepté de coopérer avec la justice américaine, a commencé à témoigner mercredi dans un procès au tribunal fédéral de Manhattan sur le contournement des sanctions économiques américaines contre l'Iran.

Le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan avait espéré éviter un tel déballage. La tenue de ce procès, malgré les objections d'Ankara, a alimenté les tensions turco-américaines.

La Turquie avait réclamé la libération de Zarrab et dénoncé l'ensemble de la procédure comme un "complot politique" piloté par l'opposant Fethullah Gülen, qui vit en Pennsylvanie, dans l'est des Etats-Unis.

Zarrab a expliqué avoir rencontré l'ex-ministre de l'Economie Zafer Caglayan début 2012, alors qu'il cherchait à s'imposer comme l'intermédiaire-clé d'un juteux trafic illicite d'or impliquant des banques turques et iraniennes.

Ce trafic permettait à l'Iran, étranglé par les sanctions économiques, d'utiliser les revenus de ses ventes d'hydrocarbures pour ses paiements sur les marchés internationaux, malgré l'interdiction faite aux banques américaines de commercer avec Téhéran.

Caglayan aurait alors proposé à Zarrab de l'aider à devenir le principal intermédiaire pour la banque publique turque Halkbank, "à condition de partager ses profits à 50/50" avec Caglayan, a témoigné Zarrab.

L'homme d'affaires de 34 ans, qui témoignait en tenue de prisonnier beige et a indiqué être désormais détenu par le FBI dans un lieu resté secret, a expliqué avoir versé au total "entre 45 et 50 millions d'euros" plus "environ sept millions de dollars" de pots-de-vin au ministre entre mars 2012 et mars 2013. M. Caglayan a quitté le gouvernement turc fin 2013, après la révélation de ce scandale qui avait éclaboussé tout le gouvernement turc, y compris M. Erdogan, alors Premier ministre.

Blanchi avec trois autres ministres impliqués dans ce scandale en janvier 2015, Caglayan a néanmoins été inculpé par la justice américaine dans cette affaire, même s'il est en cavale et ne figure pas au banc des accusés lors de ce procès.

Sur les neuf personnes inculpées aux Etats-Unis, une seule se trouve sur le banc des accusés, l'ex-directeur général adjoint de Halkbank, Mehmet Hakan Atilla.
Zarrab a affirmé mercredi qu'Atilla avait aidé à maquiller ce trafic pour que l'origine iranienne des fonds soit indétectable par les banques américaines.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une semaine décisive pour le gouvernement

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants