Sport

Coville et Nélias remportent la Transat Jacques-Vabre

Voile
OLJ
14/11/2017 | 00h00

Habitué des courses aux records, Thomas Coville a enfin remporté une grande classique à la voile en multicoque : associé à Jean-Luc Nélias, il a signé une superbe victoire dans la Transat Jacques-Vabre, dans la classe la plus folle, celle des trimarans Ultimes, hier à Salvador de Bahia.
Détenteur depuis 11 mois du record du tour du monde en solo (49 jours), Coville a décidé de gagner des courses contre des adversaires. Sitôt dit, sitôt fait ! À bord de Sodebo Ultim' (32 m de long pour 23 m de large), fabriqué en 2001 et entièrement restauré en 2014, il a rallié Le Havre (France) à Salvador de Bahia (Brésil) dans le temps record et époustouflant de 7 j 22 h 7 min 27 sec. Il a coupé la ligne, hier au petit matin au Brésil, avec une avance de 23 milles (42,6 km) sur le tandem rival Sébastien Josse/Thomas Rouxel (Maxi Edmond de Rothschild), qui étrennait son bijou technologique.
Une belle performance pour Coville à sa 6e participation, lui qui ne s'était plus imposé lors d'une grande compétition depuis son succès sur la Transat Jacques-Vabre en 1999. Il s'était alors illustré sur un monocoque. Depuis son record du tour du monde, établi le 25 décembre 2016 à sa 5e tentative, la vie a une tout autre saveur pour le marin âgé de 49 ans, dorénavant en quête de confrontation. Avec en ligne de mire une course inédite autour du monde en solitaire entre bateaux géants, en 2019.
« J'ai couru derrière des records, à me battre contre moi-même, contre une barre ou un temps, plutôt une barre. Aujourd'hui, l'exercice change complètement, il faut battre des adversaires, il faut gagner des courses », a expliqué le marin aux 21 records, dont 17 en solitaire. Comme si son record sur la circumnavigation l'avait libéré. « J'ai lâché trop d'énergie dans certains tours du monde, à ne pas savoir me préserver. J'ai été dans ce surentraînement, boulimique, stakhanoviste. Je m'angoissais de ne pas avoir assez navigué, de ne pas en avoir assez fait. Ça s'est évanoui quand on a bossé sur la culpabilité avec ma préparatrice mentale. Ça m'a déboîté la tête », a-t-il confié.
Au passage, il a pu compter sur Jean-Luc Nélias, son coéquipier sur la Transat Jacques-Vabre et homme de l'ombre sur le record du tour du monde. Les deux navigateurs, devenus complices au gré de quatre années de collaboration, avaient en plus une revanche à prendre. Déjà associés sur la Transat Jacques-Vabre en 2015, ils s'étaient fait souffler la victoire par François Gabart et Pascal Bidégorry (Macif).
Mais la 13e édition de la Transat Jacques-Vabre est loin d'être finie : il reste 33 bateaux en course, répartis sur 4 catégories (Ultim', Multi50, Imoca, Class40).

Source : AFP

Lire aussi à la une

Retour à la page "Sport"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.