Dernières Infos

GB: enquête relancée sur le meurtre d'un caricaturiste palestinien en 1987

AFP
29/08/2017

La police contre-terroriste britannique a annoncé mardi rouvrir une enquête sur le meurtre à Londres, le 22 juillet 1987, du caricaturiste politique palestinien Naji al-Ali, en lançant un appel à témoins.
Le caricaturiste qui travaillait pour le quotidien koweïtien Al-Qabas avait été tué d'une balle dans le cou dans une rue du quartier chic de Knightsbridge, dans le centre de Londres, alors qu'il se rendait à pied à son bureau, a rappelé la police.

Naji al-Ali, alors âgé de 51 ans, avait été transporté à l'hôpital où il était resté dans le coma jusqu'à sa mort un mois plus tard, le 29 août 1987.
"Les policiers de la direction du contre-terrorisme lancent une nouvelle enquête sur ce cas" qui avait à l'époque fait l'objet d'investigations d'une autre unité de la police, a indiqué la police dans un communiqué.
Elle a précisé que "les dessins de M. Al-Ali étaient parfois perçus comme critiques du régime en Palestine", ajoutant qu'il avait "reçu plusieurs menaces de mort dans les années précédents son meurtre".
"Les enquêteurs lancent un appel pour avoir des informations sur le tireur et un second homme vu plus tard quitter à bord d'une voiture les lieux du crime", a-t-elle poursuivi.

Le croquis du tueur présumé, dessiné à l'époque des faits, a été réactualisé pour donner une idée d'à quoi il pourrait ressembler aujourd'hui, a indiqué la police.

Le suspect avait été décrit comme ayant "une apparence moyen-orientale, âgé d'une cinquantaine d'années, mesurant 1m75 et de corpulence moyenne avec de larges épaules". Il avait "des cheveux poivre et sel, un visage grossier et un nez plus gros que la moyenne".
Il "était rasé de près et portait un élégant costume gris", ont précisé les autorités.

L'arme utilisée, un Tokarev 7.62, avait été retrouvée dans le quartier de Paddington près de deux ans après le meurtre, le 22 avril 1989.
"Le meurtre brutal de M. Al-Ali a dévasté sa famille et 30 ans après, ils continuent de souffrir de cette perte", a indiqué le commandant Dean Haydon, à la tête de la direction du contre-terrorisme de la police britannique.
"Beaucoup de choses changent en 30 ans, les allégeances évoluent et les gens qui ne voulaient pas parler au moment du meurtre pourrait être prêts aujourd'hui à communiquer des informations cruciales", a-t-il fait valoir.

Les témoins éventuels sont appelés à contacter la police en mentionnant le nom de l'enquête baptisée "Opération Amazon".

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.